Le blog de Mgr Claude DAGENS

Accueillir nos fragilités : une source de vie. EA 4 juillet 2010

6 Juillet 2010 Publié dans #Edito Église d'Angoulême

Accueillir nos fragilités, une source de vie : c’était le titre de la conférence qu’a donnée Jean VANIER à Angoulême, pour marquer les 40 ans de présence des communautés de l’Arche en Charente.

            Accueillir nos fragilités : c’est une expérience étonnante qui ne va pas du tout dans le sens des logiques dominantes de notre société, où l’impératif des performances semble s’imposer à tous.

            Mais nous aurions tort d’oublier que la prédication de Jésus commence par les Béatitudes. Le Fils du Dieu Très Haut se place du côté des « pauvres de cœur ».

            Que Nietzsche se rassure ! Nous n’avons pas le culte du néant ! Au contraire, nous cherchons à reconnaître ce qui, en chaque être humain, demande à être respecté, défendu et déployé aussi largement que possible. Pouvoir se reconnaître soi-même et reconnaître les autres, non pas à partir de performances impossibles, mais des fragilités réelles : voilà ce qui donne des raisons de vivre, même quand nos vies sont fragiles ou fragilisées par des situations éprouvantes.

            Cette expérience n’est pas réservée à une élite spirituelle ! Au contraire : donner à chacun, à chacune, la joie d’être accueilli et compris non pas malgré, mais à travers ses fragilités, voilà ce qui libère de la peur ! Voilà ce qui rétablit la confiance, plus forte que tout !

            Ce qui vaut pour les personnes vaut aussi pour le Corps tout entier de l’Église, dont les fragilités sont tellement évidentes. Nous en avons fait l’expérience lors de la session de notre Conseil épiscopal chez nos sœurs de Maumont. Nous savons bien à quelles difficultés nous sommes confrontés, mais au milieu de ces difficultés, une réalité qui nous dépasse se manifeste aussi : Dieu travaille et le Christ, par son Esprit, anime et conduit ce Corps que nous servons.

            Les signes sont là : beaucoup de personnes, associées à la mission chrétienne comprennent l’Église de l’intérieur de leur foi et de leur charité vécues, non pas comme un spectacle, mais comme le Corps vivant du Christ. Le tissu de nos communautés chrétiennes, si fragile qu’il soit, n’est pas une peau de chagrin, mais se déploie, à travers bien des initiatives de proximité. Et, dans le domaine de la formation chrétienne, un autre déploiement se produit : plus de 500 personnes, qui se réunissent en petits groupes, écoutent et scrutent la Parole de Dieu. En plusieurs endroits, on continue à découvrir la Tradition chrétienne à travers le Concile Vatican II. L’École de la foi demeure, d’année en année, un lieu majeur d’initiation au mystère de la foi. D’autres initiatives se préparent, et l’on ne peut pas oublier que le Conseil presbytéral ainsi que le Conseil pastoral du diocèse gardent le cap sur l’essentiel : la vie fraternelle et l’évangélisation.

            Oui, nous reconnaissons et nous accueillons nos fragilités : mais nous croyons aussi que le dynamisme de l’Évangile du Christ passe par ces fragilités et que l’avenir de l’Église est là, en germe, au milieu de nous, au-dedans de nous !

 

Le 21 juin 2010

Partager cet article

Repost 0