Le blog de Mgr Claude DAGENS

LE SEIGNEUR VIENT : RÉVEILLEZ-VOUS ! Homélie lors de la confirmation, à Montbron, le 1er décembre 2013

3 Décembre 2013 Publié dans #Homélies

LE SEIGNEUR VIENT : RÉVEILLEZ-VOUS ! Homélie lors de la confirmation, à Montbron, le 1er décembre 2013

Réveillez-vous ! Réveillons-nous ! En ce premier dimanche de l’Avent, au début de notre marche vers Noël, cet appel nous vient à travers l’apôtre Paul, si impatient de rencontrer les premiers chrétiens de Rome : « C’est le moment, l’heure est venue de sortir de votre sommeil… La nuit est bientôt finie. Le jour est proche. »

Mais ce même appel au réveil, il passe aussi par ces jeunes de chez vous à qui je vais communiquer le don de l’Esprit Saint, par le sacrement de confirmation. Car ces jeunes, à leur manière, nous obligent à comprendre comment le Dieu vivant a travaillé en eux et pourquoi ils s’engagent maintenant avec lui.

Samuel, Mathilde, Lucie, Guillaume, Céline, Thomas, Baptiste, Gladys, Aline, Camille, Coralyne, Valentin, Angeline, Marie, Mélanie.

Je sais que chacun de vous est unique, avec son histoire personnelle, sa famille, ses amis, ses projets, ses désirs, et aussi ses raisons, parfois, de douter de soi-même ou des autres. Mais je sais aussi que tous, vous avez fait une même expérience qui est décisive : non seulement vous croyez que Dieu existe, mais vous savez que vous pouvez vous appuyer sur lui, parce qu’il est quelqu’un dont la confiance est indestructible, alors que notre confiance à nous est toujours fragile.

Mais il y a plus que cela : vous savez déjà que, quand Dieu se révèle à nous, ce n’est pas pour nous inspecter. C’est pour nous encourager à vivre, et à déployer les capacités qui sont en nous : les capacités d’attention aux autres, de don de soi, d’amour et d’amitié. Dieu n’est pas l’ennemi de nos désirs humains. Il est Celui qui nous appelle à déployer ces désirs, en sortant de nous-mêmes, et en prenant notre place dans l’Église et dans la société.

Certains pourront me reprocher d’être trop optimiste et de me faire des illusions. Je sais bien que vous n’êtes pas parfaits et que parfois, vous vous laissez aller à ce qui fait du mal. Mais nous sommes tous comme vous, tous appelés à « rejeter les activités des ténèbres, et à nous revêtir pour le combat de la lumière, sans orgies ni débauches, sans dispute, ni jalousie, en revêtant le Christ. »

Parce que le Christ vient et que, quand il vient, il surprend et il désire renouveler toutes choses. C’est l’annonce que fait Jésus en parlant à ses disciples de sa venue. Il les avertit rudement : « Attention ! Tenez-vous prêts ! Préparez-vous à être surpris, comme quand survient le déluge ou quand le voleur vient voler ! » Le Fils de l’homme va venir pour recréer le monde !

Une recréation du monde ! Voilà ce qui fonde l’espérance chrétienne ! Nous ne pouvons pas nous résigner au monde tel qu’il va. Dans cet esprit-là, je vous recommande de lire, de méditer et de faire connaître autour de vous la grande exhortation que notre pape François vient d’adresser à toute l’Église, sous le beau titre de La joie de l’Évangile et la joie d’évangéliser. Et Évangile veut dire « bonne nouvelle », oui, une nouvelle bonne et positive, au milieu de tant d’autres nouvelles de violences, de morts, d’accidents, de suicides.

Et le pape François insiste : la bonne nouvelle, c’est que Dieu vient à nous non pas pour condamner le monde, mais pour y manifester la force de sa miséricorde. Il veut susciter, au milieu des duretés de la vie, ce qu’il appelle « la révolution de la tendresse ». Je le cite quand il nous demande de « dire oui aux relations nouvelles engendrées par Jésus Christ », à la « mystique du vivre ensemble » : « Se mélanger, se rencontrer, se prendre dans les bras, se soutenir, participer à cette manière un peu chaotique qui peut se transformer en une véritable expérience de fraternité, en une caravane solidaire, en un saint pèlerinage. »

Voilà la nouveauté chrétienne que ces jeunes nous appellent à comprendre et à pratiquer en ces temps difficiles pour beaucoup de personnes, mais où nous avons d’autant plus besoin les uns des autres, où nous avons besoin de nous reconnaître, de nous respecter, de nous encourager à vivre et à aimer la vie que Dieu nous donne !

Frères et sœurs, l’Esprit Saint de Dieu qui s’est lié à nous à partir du baptême ne veut pas que nous soyons un peuple de gens résignés, mais que nous devenions un peuple de baptisés, de témoins, heureux de croire au Christ et d’aller de l’avant sur le chemin où il vient à nous. « La nuit est bientôt finie. Le jour est tout proche. Revêtez le Seigneur Jésus Christ. » Soyons dignes de notre baptême !

+ Claude DAGENS, évêque d'Angoulême

Partager cet article

Repost 0