Le blog de Mgr Claude DAGENS

VIVRE POUR DIEU EN JÉSUS CHRIST. Homélie prononcée lors de la veillée pascale à Barbezieux, le 7 avril 2012

16 Avril 2012 Publié dans #Homélies

Alleluia           

           « N’ayez pas peur ! Vous cherchez Jésus, le Crucifié : il n’est pas ici ! Il est ressuscité. Voici l’endroit où on l’avait déposé. »

            À ce moment-là, ces femmes fidèles et aimantes n’ont pas compris. Elles restent dominées par la peur, parce qu’elles ont été témoins de la mort violente de Jésus et qu’elles venaient pour embaumer son corps. Mais le tombeau est ouvert et vide : le corps n’est plus là. Elles ne peuvent pas imaginer cet événement unique que nous appelons la résurrection. Elles ne peuvent pas penser que Jésus est non seulement vivant dans la lumière de Dieu avec son corps, mais qu’il a la liberté de venir à nous et de nous faire participer à sa vie de ressuscité. Elles comprendront plus tard, comme les apôtres qui, à ce moment-là, sont sans doute enfermés chez eux, quelque part, à Jérusalem.

            Cette résurrection de Jésus est inimaginable et pourtant, comme l’écrira l’apôtre Paul, si le Christ n’est pas ressuscité, notre foi est vaine, toute la réalité chrétienne s’effondre ou elle devient un rêve, un rêve heureux, mais un rêve.

            Et c’est le même apôtre Paul qui va comprendre peu à peu que la Résurrection du Christ n’est pas seulement un événement inscrit dans l’histoire et qui dépasse l’histoire, mais que c’est un événement qui nous concerne, qui vient s’inscrire en nous, et jusque dans notre chair. Car Paul, qui persécutait avec acharnement les disciples de Jésus, parce qu’il les jugeait dangereux, c’est lui qui va être saisi par le Christ, sur le chemin de Damas, qui va comprendre dans sa chair qu’il est appelé à une vie nouvelle, à partir de cette rencontre et à partir de son baptême.

            Feu pascalEt c’est le même Paul, dans sa lettre aux Romains, qui déploie pour les premiers baptisés cette étonnante transformation qu’opère en nous le Christ, quand il se lie à nous. « Nous avons été crucifiés avec lui. Nous sommes morts avec lui. Avec lui, nous avons été mis au tombeau. » Mais avec lui, nous sommes appelés à entrer dans une vie nouvelle, la vie ressuscitée. Ce monde nouveau est là, en nous, et ce monde vient du Père des cieux qui nous appelle à revivre de Jésus, son Fils, qui prend tout sur lui de notre humanité, et de l’Esprit Saint qui vient nous initier à cette vie nouvelle.

            L’Église ne cesse pas de naître et de renaître de cette source vive qu’est l’événement pascal, cet événement qui vient bousculer nos catégories humaines. Car ce qui se révèle alors, c’est que toutes les violences du monde n’empêchent pas la vie de Dieu de se déployer en nous, que les pires blessures nous ouvrent aussi à cette puissance de résurrection, de relèvement qui va agir en nous, si nous l’accueillons.

            Vous, les baptisés de Pâques, vous êtes les témoins heureux de cet événement et nous vous accueillons non pas seulement comme de nouveaux membres de notre communauté, mais comme des signes de Dieu qui nous obligent à nous réveiller.

            Car si nous n’avions qu’à nous préoccuper du fonctionnement de l’Église, nous nous épuiserions en vain. Mais si nous percevons les effets réels de la Pâque du Christ en nous, alors, nous entrons dans le mystère même de Dieu et de cette Alliance nouvelle par laquelle il nous fait revivre.

            « N’ayez pas peur ! Ne cherchez pas parmi les morts Celui qui est vivant ! » Il est ressuscité ! C’est Pâques et l’œuvre de Dieu n’en finit pas de commencer et de travailler notre humanité. Ce n’est pas l’heure de regarder en arrière ! C’est l’heure de partager la joie que Dieu nous donne en faisant de nous un peuple de baptisés, un peuple de croyants, un peuple de frères et de sœurs qui s’encouragent à vivre de Lui, le Seigneur !

 

            X Claude DAGENS

 

Partager cet article

Repost 0