Le blog de Mgr Claude DAGENS

PâQUES : CET APPEL A VIVRE AVEC LE CHRIST. Veillée pascale à l'église Saint-Pierre de Jarnac, le 23 avril 2011

9 Mai 2011 Publié dans #Homélies

 

Alleluia.jpg

 

C’est Pâques ! Jésus, le Christ, est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité avec son corps d’homme né de sa mère, la Vierge Marie, d’homme qui a souffert sous Ponce Pilate, qui a été crucifié et qui a été mis au tombeau, à Jérusalem, tout près de la colline du Golgotha.

Ces affirmations-là correspondent à des faits visibles, qui ont eu de nombreux témoins, curieux ou indifférents, amis ou ennemis. Mais la résurrection de Jésus, c’est une autre réalité : c’est une réalité secrète, mystérieuse, difficile à expliquer, mais c’est une réalité qui fait partie de l’histoire de Jésus et de notre histoire, à partir de notre baptême.

Cela vaut évidemment pour vous, Luc et Élodie, les baptisés de cette veillée pascale. Mais cela vaut aussi pour nous tous, les baptisés d’hier ou d’avant-hier, parce que, même si nous n’y pensons plus, nous avons été saisis dans la Pâque de Jésus Christ, nous sommes associés à sa vie pour toujours, oui, pour toujours, nous allons avec lui non pas de la vie à la mort, mais de la mort à la vie, à travers sa résurrection.

Ressuscité ? Tout commence près d’une grotte vide : la pierre a été roulée, le linceul est encore posé, avec le suaire, sur le rocher où reposait le corps meurtri de Jésus, mais le corps n’est plus là. Le tombeau est vide. La foi chrétienne ne commence pas avec un cadavre, mais avec un tombeau vide, et une présence réelle, et surprenante.

Et l’on comprend que ces deux femmes, devant ce tombeau vide, soient à la fois tremblantes et toutes joyeuses. Tremblantes parce qu’elles ont vu des traces de la mort. Toutes joyeuses parce qu’elles pressentent ce qui les attend : ce Jésus qu’elles aiment, il n’est pas enfermé dans la mort. Il n’est pas vaincu par le mal. Il vit de la vie de Dieu. Et le voici, qui vient vers elles, les regarde et leur parle, et les envoie en mission, alors qu’elles auraient voulu le retenir. Quelque chose commence, quelque chose qui ne s’interrompra plus jamais, quoi qu’il arrive, quelque chose qui peut aussi nous atteindre, nous convertir, nous transformer…

Aller vers Dieu et vivre déjà de la vie de Dieu, par le Christ, avec le Christ : oui, cela est possible et cela est réel. Et c’est l’expérience même des baptisés de Pâques, ce soir même, à Jarnac.

Luc et Élodie, Élodie et Luc, vous êtes très différents par votre histoire humaine. Mais il y a en vous une réalité extraordinairement commune qui vous relie au plus profond : vous avez rencontré le Christ Jésus et vous répondez à son appel en recevant les sacrements de l’initiation chrétienne, le baptême, l’Eucharistie, et bientôt la confirmation.

Et sans trahir de secret, je peux dire publiquement que cette rencontre de Jésus Christ a changé votre vie et que les membres les plus proches de votre famille, votre femme ou votre mari, et vos amis, en sont témoins.

Vous n’avez pas eu d’extase. Mais vous avez été saisis par la présence du Christ Jésus. Vous avez su dans votre chair, dans votre cœur, qu’il venait vous sauver, vous arracher au mal et vous appeler à une vie bonne, une vie donnée, une vie où vous êtes appelés, chacun à votre manière, à témoigner de Lui, et de la puissance de sa résurrection.

 

Et il est évident que cet événement de Pâques et de votre baptême nous concerne tous. Nous ne pouvons pas nous résigner à être des chrétiens habitués, des catholiques qui se conformeraient à des traditions vénérables, mais qui se dispenseraient de vivre avec le Christ. Nous, nous sommes sans cesse appelés à devenir disciples du Christ, à prier, à pardonner, à espérer contre toute espérance.

Dieu se charge – j’en suis sûr – de réveiller son peuple quand il s’endort. Et l’affaiblissement évident de nos institutions, et même les attitudes d’indifférence, et parfois de moquerie et de mépris dont nous souffrons tous, nous empêchent de succomber à l’inertie.

« Réveille-toi, ô toi qui dors ! Et le Christ t’illuminera ! » Et le Christ Jésus, le Ressuscité, vient et viendra nous ressaisir, nous entraîner avec Lui, faire de nous les membres de son Corps toujours blessé, mais vivant de sa vie !

 

Une amie qui affronte de graves épreuves de santé, mais qui ne désespère pas, me disait ces jours-ci : « Nous allons vers la Vie ! » Et cela veut dire : pas seulement vers je ne sais quel au-delà, mais vers ce Royaume de lumière et de paix qui commence ici et maintenant, lorsque nous passons par la mort au péché et au mal, pour vivre avec Lui, le Seigneur !

Il nous précède en Galilée ! Là, devant nous, au milieu des païens qui sont indifférents ou qui murmurent, mais qui sont aussi des enfants de Dieu, toujours libres de s’éveiller à la vie de Dieu, quand l’heure est venue !

 

Claude DAGENS, évêque d’Angoulême

Partager cet article

Repost 0