Le blog de Mgr Claude DAGENS

NOUS NE SOMMES PAS SEULEMENT LES HOMMES D'UNE TERRE. Homélie lors des obsèques du Père Jean-Marie Lecompte, le 26 août 2013

30 Août 2013 Publié dans #Homélies

Lecomte-Chassenon.jpg

 

Frères et sœurs,

 « Nous, nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie puisque nous aimons nos frères. Qui n’aime pas demeure dans la mort. Quiconque hait son frère est un meurtrier et aucun meurtrier n’a la vie éternelle demeurant en lui. C’est à ceci que nous connaissons l’amour : lui, Jésus, a donné sa vie pour nous, nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères. »

Voilà des paroles extrêmement exigeantes ! Mais nous vivons en des temps où il ne faut plus édulcorer la nouveauté chrétienne : vivre de l’amour du Christ dans un monde dur et fragile, ce n’est pas du sentiment. C’est un engagement onéreux.

 À sa manière, le Père Jean-Marie LECOMPTE a pratiqué cet engagement, en devenant prêtre et en vivant ici sa mission de prêtre, durant plus de cinquante ans. Une telle durée doit surprendre alors que notre époque connaît des changements innombrables et rapides.

Peut-on se contenter d’admirer la stabilité exceptionnelle du Père LECOMPTE à Chassenon ? Je n’en suis pas sûr. Je l’ai connu ici, alors que je venais donner le sacrement de confirmation à des jeunes qu’il accompagnait avec beaucoup d’attention. Je suis allé le rencontrer aussi au presbytère, où l’on pouvait constater ses multiples activités, pastorales et aussi culturelles.

Il était attaché à cette terre de Charente limousine, à ce site gallo-romain de Cassinomagus, de Chassenon. D’une certaine manière, il était incorporé à cette histoire et il était devenu une sorte de notabilité locale, que l’on admirait et que l’on respectait. Et c’était mérité.

Et pourtant, on peut s’interroger. L’Église a-t-elle su lui manifester suffisamment son estime, en le considérant non seulement comme un érudit local, mais comme un prêtre, un homme qui avait livré sa vie à Jésus Christ pour l’annoncer ? N’avons-nous pas parfois participé à un certain enfermement qui limitait ses horizons ? Car nous ne sommes pas seulement les hommes d’une terre, nous sommes des hommes chargés d’annoncer en ce monde le Royaume de Dieu qui n’est pas de ce monde, puisque l’Évangile du Christ refuse les lois de la jungle, défend contre vents et marées la dignité de tout être humain, donne un privilège aux pauvres et aux humiliés et annonce la Résurrection et la vie éternelle.

C’est cela qui fait le prix de la vie de Jean-Marie LECOMPTE, quelles que soient les limites de cette vie. Le Christ est passé par lui, tel qu’il était, pour révéler sa présence, sa miséricorde, son Alliance fidèle, et la fidélité étonnante du Père LECOMPTE atteste cette fidélité du Christ, d’autant plus qu’il a passé ses dernières années dans la maison de retraite d’Étagnac, avec une immense patience et sans doute aussi une lutte intérieure qui demeure son secret.

Frères et sœurs, je crois qu’il ne faut pas rêver de curés qui seraient aujourd’hui pareils à ceux d’hier. Mais il faut désirer intensément que le Corps du Christ, qui ne se confond pas avec nos structures paroissiales, soit vivant et vivant avant tout de la foi au Christ qui nous promet une vie éternelle, et qui précise au moment où il quitte les siens : « La vie éternelle, c’est de te connaître, toi, le seul Dieu, le vrai Dieu et Celui que tu as envoyé Jésus Christ… Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, ils soient aussi avec moi, et que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux et moi en eux. »

Père LECOMPTE, nous vous remercions de tout cœur pour votre présence fidèle à Chassenon. Si vous êtes resté si longtemps ici, c’est parce que, malgré les difficultés, vous étiez heureux d’y servir et d’y témoigner de la patience de Dieu.

Maintenant que vous êtes dans un espace nouveau, où règne le mouvement infini de l’Amour de Dieu, venez nous réveiller, venez réveiller notre foi et notre charité, faites de nous, peuple de baptisés, non pas des gens qui ne chercheraient qu’à maintenir des traditions, mais des hommes et des femmes heureux d’attester en paroles et en actes la victoire du Christ, la force de sa résurrection et la réalité de cette vie éternelle qui nous est promise et donnée, comme à vous, Père LECOMPTE !

 

+ Claude DAGENS

Partager cet article

Repost 0