Le blog de Mgr Claude DAGENS

LE GRAND SIGNE DE LA MISÉRICORDE DU CHRIST. Homélie lors de l'Eucharistie dans la basilique Saint-Pie-X, à Lourdes, le 7 avril 2013

8 Avril 2013 Publié dans #Homélies

                Nous avons tous besoin de signes pour croire au Christ ressuscité. Et les signes nous sont donnés, mais il ne suffit pas de les voir pour y croire. « Bienheureux ceux qui croient sans avoir vu. »

            Tout commence à Jérusalem, le soir de Pâques. Jésus vient. Il est là, au milieu de ses compagnons qui ont encore peur. Il est là avec son Corps blessé. Il vit d’une vie nouvelle, mais cette vie n’abolit pas les traces de la mort. En Jésus ressuscité, Dieu vient tout ressaisir de notre humanité mortelle. Et dans nos corps de baptisés, nous portons le germe de la vie nouvelle des enfants de Dieu, promis à la résurrection, avec le Christ.

            Jésus ressuscitéCette puissance de résurrection qui est dans le Corps de Jésus, elle va se communiquer ensuite à travers les apôtres à Jérusalem. Des malades ont compris cela : ils demandent à rencontrer les apôtres, et certains sont guéris. Mais c’est à Jérusalem comme à Lourdes : beaucoup de guérisons restent invisibles. Des boiteux marchent, mais des hommes et des femmes se remettent à espérer, ils n’ont plus peur de leurs maladies, ils vivent de la foi au Christ, avec leurs corps handicapés. Heureux ceux qui comprennent aussi ces miracles invisibles !

            Mais le plus grand des signes qui viennent du Christ ressuscité, c’est la miséricorde. Quand il paraît, il ne vient pas juger. Il dit : « La paix soit en vous ! » Et les premiers témoins, Simon-Pierre et les autres, se savent pardonnés. Ils comprennent qu’en Jésus ressuscité, Dieu ne se venge pas. Il vient susciter en nous la fraternité des pécheurs pardonnés que nous sommes.

            Voilà la plus grande joie de Pâques ! C’est la révélation de la miséricorde du Père des cieux. Comme l’a dit notre pape François avec tant de simplicité : « Dieu ne se lasse pas de pardonner. C’est nous qui nous lassons de lui demander pardon. » « Il ne faut pas avoir peur de la bonté et de la tendresse de Dieu. » Et il ne faut pas avoir peur de nous donner des signes de cette bonté et de cette tendresse. Voilà notre vocation de chrétiens, témoins de la Résurrection du Christ et de la force de sa miséricorde !

 

+ Claude DAGENS

Partager cet article

Repost 0