Le blog de Mgr Claude DAGENS

LA PAROLE DE DIEU DOIT ÊTRE REÇUE POUR S'ACCOMPLIR. Homélie lors de l'Eucharistie, à Cherves-Richemont, avec reconnaissance de l'EAP, le 27 janvier 2013

29 Janvier 2013 Publié dans #Homélies

Parole-de-Dieu.jpg

 

              Dieu, le Dieu vivant, le Dieu auquel nous croyons, est le Dieu qui a parlé à Abraham, à Moïse et aux prophètes. Il est Celui qui vient nous parler en Jésus, son Fils unique.

            Cette révélation de Dieu par sa Parole vivante est étonnante. Car nous risquons parfois d’imaginer la Révélation de Dieu comme un bloc de vérités. Ce n’est pas du tout ainsi que Dieu agit envers nous. Sa Parole se déploie dans l’histoire des hommes. Elle ne tombe pas du ciel. Elle est écrite. Elle demande à être lue, proclamée, écoutée, reçue pour s’accomplir.

           Et la liturgie de ce dimanche évoque deux grands moments de cet accomplissement : à Jérusalem, au Ve siècle, lorsque le peuple juif revient de l’exil à Babylone et que le scribe Esdras proclame la Loi de Moïse pour refonder le peuple élu de Dieu, et puis, cinq siècles plus tard, dans la synagogue de Nazareth, lorsque Jésus prend dans ses mains la prophétie d’Isaïe qui annonce la venue libératrice du Messie de Dieu, et il est lui-même ce Messie libérateur.

           « Cette Parole de l’Écriture, cette parole du prophète Isaïe, que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit. » Et elle s’accomplit dans sa chair à Lui, Jésus, le Verbe fait chair. Et nous sommes aujourd’hui le Corps du Christ, formé de membres solidaires et accueillant cette Parole de Vérité et de Vie qu’est le Christ. Tel est le mystère, c’est-à-dire la réalité profonde de la liturgie : Dieu nous parle pour que nous recevions sa Parole et que nous en vivions, pour qu’elle prenne corps en nous, son peuple.

            Cela exige de nous une conversion permanente. La liturgie ne nous place pas devant le mystère du sacré, comme on le dit parfois trop facilement, comme si nous étions des spectateurs. Elle nous appelle à entrer dans la vie même de Dieu, en écoutant sa Parole pour en être nourris. Elle ne nous élève pas dans des hauteurs imaginaires. Elle nous demande de nous laisser travailler intérieurement par Dieu lui-même qui nous parle et veut nous associer à sa vie.

           Et voilà comment ce mystère de la Parole de Dieu est inséparable du sacrement de l’Eucharistie, du corps livré et du sang versé de Jésus Christ, pour que nous participions à sa vie donnée, à son sacrifice et à sa Pâque transformante. Voilà comment nous devenons le Corps du Christ, non pas un assemblage de gens juxtaposés les uns aux autres, mais un organisme vivant, dont le Christ est la tête et dont nous sommes les membres.

           Eglise Cherves-R. St VivienFrères et sœurs, vous l’avez sans doute compris, je viens de faire écho à la Parole de Dieu, celle du livre d’Esdras, celle de l’Évangile de Luc et celle de l’apôtre Paul, à la lumière de la grande Tradition chrétienne, telle que le Concile Vatican II l’a mise en relief : oui, Dieu se dit dans l’histoire, oui la Parole de Dieu se déploie dans l’histoire, elle devient Écriture Sainte, l’Écriture sainte du peuple juif et du peuple chrétien, et cette Écriture n’est pas seulement écrite sur les rouleaux de la Loi et des Évangiles. C’est une Écriture qui est l’écho d’une Parole vive et cette Parole nous met en relations avec le Dieu vivant, qui veut habiter en nous, par Jésus Christ, son Fils.

          Nous voilà réunis pour écouter et pour pratiquer cette Parole. Et nous la pratiquons en la laissant nous relier les uns aux autres dans le Christ. Oui, nous sommes reliés dans le Christ vivant, et vous qui avez accepté de devenir membres de l’équipe d’animation pastorale de ce secteur paroissial de Cherves-Richemont, vous avez compris ce qui vous attend : vous êtes appelés à vivre votre baptême et votre foi au Christ en étant au service de son Corps. Un peu comme les articulations du Corps : vous êtes placés aux endroits sensibles, entre la liturgie et la catéchèse, entre la foi et la charité, entre l’organisation de la communauté et la relation aux communes de ce secteur et notamment aux élus locaux.

            Surtout, ne vous refermez pas sur vous-mêmes ! Ne formez pas ici une tribu ! Ne vous disputez pas sur l’heure des messes ! Tâchez de voir large, tâchez de recevoir et de porter cette grande Révélation de Dieu qui est avant tout libératrice : « Le Seigneur, dit Jésus, m’a envoyé porter la Bonne nouvelle aux pauvres, annoncer aux prisonniers qu’ils sont libres et aux aveugles qu’ils verront la lumière, apporter aux opprimés la libération, annoncer une année de bienfaits accordée par le Seigneur. »

            Entendons bien : au nom du Christ Jésus, nous sommes envoyés à ces pauvres, à ces prisonniers, à ces aveugles, à ces opprimés, que nous sommes nous-mêmes à certaines heures et que nous rencontrons sur nos chemins ! Voilà notre mission : non pas de faire de l’Église une tribu repliée sur elle-même mais un organisme vivant, où l’on apprend à participer avec joie à la générosité de Dieu quand il nous appelle à témoigner de Lui !

            Oui, « la joie du Seigneur est notre rempart ! » Avec Lui, nous sommes heureux de participer au salut du monde, c’est-à-dire à son renouvellement radical et à son espérance !

 

+ Claude DAGENS

Partager cet article

Repost 0