Le blog de Mgr Claude DAGENS

L'imposition des mains ou l' "écharpe du prêtre" ? EA 13 juillet 2008

15 Juillet 2008 , Rédigé par mgrclaudedagens.over-blog.com Publié dans #Edito Église d'Angoulême

            Dimanche 29 Juin 2008 au soir. Fête des apôtres Pierre et Paul. Je viens d’ordonner prêtre Romain HOUDUSSE. J’ai accompli pour lui le geste si parlant de l’imposition des mains et tous les prêtres présents, dont plusieurs du diocèse de Koudougou, l’ont accompli eux aussi.

            Lundi 30 Juin au matin. Je regarde rapidement les journaux, après avoir célébré la messe en mémoire des premiers martyrs de Rome. J’apprécie l’écho que SUD-OUEST donne de l’ordination de Romain : l’article dit l’essentiel et surtout la photo qui l’accompagne est parlante, elle montre le geste de l’imposition des mains. Par contre, dans l’autre quotidien local, je ne trouve que six lignes qui évoquent l’ « écharpe du prêtre » que j’aurais remise à Romain. Je sais bien le sens de l’étole. Mais enfin, n’a-t-on pas vu le geste de l’imposition des mains accompli par l’évêque et les prêtres ? Je réprime mon irritation. Les journalistes ne voient que ce qu’ils veulent voir. Et nous, chrétiens, que voulons-nous rendre visible du mystère du Christ quand il s’inscrit en nous ? Quel travail permanent pour que l’environnement rituel ne cache pas le cœur : « Mon corps livré pour vous, mon sang versé pour vous… » !

            En tout cas, il est clair que l’ordination de Romain HOUDUSSE, comme toute ordination, a été d’abord un acte sacramentel et spirituel : nous étions là, prêtres et évêque, pour nous souvenir que nous avons reçu nous-mêmes la marque de l’Esprit Saint et pour la communiquer à celui que nous avons accueilli comme membre de notre presbyterium.

            Le peuple de Dieu s’associait par son attention et son silence à cet événement qui nous dépassait tous : voici que le Christ se liait pour toujours à cet homme qu’il a appelé à devenir son représentant, son signe et son serviteur !

            C’est Dieu lui-même qui s’engage ainsi à passer par nous pour se révéler au monde. Nous voici constitués par l’ordination dans une relation nouvelle au Christ et  à son Corps. Nous voilà porteurs du ministère apostolique, chargés de construire l’Église, en veillant sur sa communion et sur sa mission         .

            Nous vivons toute notre vie dans la dynamique de ce don primordial. Et moi, comme évêque, j’ai la responsabilité de faire en sorte que ce ministère des prêtres et aussi des diacres soit effectivement relié à la vie ordinaire et à la mission de notre Église locale.

 

            J’ai eu, ces derniers mois, en concertation avec le Conseil épiscopal, à appeler des prêtres et des diacres à de nouvelles missions. Vous trouverez plus loin l’annonce de ces nominations. Notez bien l’expression que j’emploie pour les annoncer : cet homme qui est devenu prêtre ou diacre est appelé

            Appelés et envoyés, avec tout ce que cet appel et cet envoi impliquent de changements, parfois d’hésitations ou de craintes. Je comprends ces réactions. Je les respecte. J’essaie d’en tenir compte. Mais je demeure persuadé qu’il nous est bon de savoir que nos vies d’hommes demeurent dans la logique de l’Évangile. Nous ne sommes pas les employés d’une administration. Nous sommes des disciples et des ministres du Christ. Nous nous laissons conduire par son Esprit Saint, parfois facilement, parfois aussi laborieusement. Mais nous n’oublions pas que, par l’ordination « ce n’est pas un Esprit de peur que Dieu nous a donné, mais un Esprit de force, d’amour et de maîtrise de soi ». (2 Tim., 1, 7).

Partager cet article

Repost 0