Le blog de Mgr Claude DAGENS

L'ÉVÉNEMENT PASCAL SE DÉPLOIE. Homélie lors de l'Eucharistie, à la grotte de Lourdes, le 6 avril 2013

8 Avril 2013 Publié dans #Homélies

         Il ne faut pas imaginer la résurrection de Jésus comme un phénomène éblouissant qui s’imposerait à tout le monde. Jésus ressuscité n’est apparu qu’à quelques personnes, des femmes et des hommes, qui ont d’abord été étonnés et puis, peu à peu, transformés par cette rencontre.

            Mais l’Évangile de Marc insiste sur cette incrédulité et cet endurcissement des premiers témoins du Christ ressuscité. Quelque chose en eux résiste à cet événement qui devrait les bouleverser. Pourquoi sont-ils d’abord si incrédules, si endurcis, si imperméables à cette nouveautéAlleluia du Christ ressuscité ?

            Parce que la résurrection du Christ bouleverse effectivement leur compréhension du monde et de Dieu. Pour au moins deux raisons :

            - Comment est-il possible de croire que la mort et le mal sont vaincus, et que Jésus le Crucifié est désormais vivant d’une vie qui porte encore les traces de la mort, mais qui rayonne aussi d’une façon douce et forte ?

            - Et puis, si la mort est vaincue, à travers la Croix de Jésus, faut-il penser que le Père des cieux ne cherche pas à venger son Fils, qu’il y a donc en Lui une puissance de pardon qui vient bousculer toutes nos pensées humaines ? Qui donc est Dieu pour venir à nous, en son Fils, sans nous demander des comptes, mais en nous appelant à témoigner nous-mêmes de sa victoire stupéfiante sur la mort et le mal ?

            Ainsi commence l’évangélisation, non pas comme une stratégie inventée par les hommes, mais comme une expérience intime de rencontre et de dialogue avec le Christ, et aussi comme une participation à son propre combat pour transformer le monde, en y inscrivant la force de son Amour.

            C’est ce que racontent les Actes des apôtres. Voici Pierre et Jean devant le grand Conseil d’Israël, qui veut leur interdire de prononcer le nom de Jésus après la guérison du boiteux de la Belle Porte. Ils ne peuvent pas ne pas dire ce qu’ils ont vu et entendu. Ils doivent diffuser la nouvelle de la Résurrection, comme l’acte de naissance d’une Alliance nouvelle avec Dieu, comme le commencement d’une humanité transformée par la Pâque du Christ.

            Frères et sœurs, nous sommes le peuple des témoins né de l’événement pascal. Nous sommes baptisés, marqués du signe de Jésus Christ mort et ressuscité. En participant à l’Eucharistie, nous participons à sa Pâque. Nous passons de la mort à la vie, et nous sommes appelés à attester en paroles et en actes, et aussi en silences et en prières, la victoire de l’Amour de Dieu sur le mal et la mort.

            ND de LourdesNous ne nous résignons pas à ce qui peut nous abîmer ou nous détruire. Nous refusons de croire les prophètes de malheur qui annoncent la victoire du mal. Nous militons pour ce renouvellement de nos existences dont le Christ est la source, et nous accomplissons cet acte d’espérance, ici, à Lourdes, là où a jailli cette source que la jeune Bernadette a vu sortir de ce sol boueux, dans cette grotte des cochons.

            Oui, nous venons ici à la source, celle de l’eau, et surtout celle de notre baptême, celle du Christ ressuscité et, si jamais nous, nous sommes habitués à ces signes, croyez-moi : les  baptisés de Pâques, eux, ne le sont pas, et en particulier cette jeune Chinoise que j’ai baptisée à Montembœuf. Sa découverte du Christ est un événement personnel, mais elle participe, à sa manière, à la naissance de la foi chrétienne en Chine, et c’est une foi éprouvée…

            À nous, catholiques en France, de nous réveiller et de former davantage un peuple de baptisés, un peuple de témoins, sûrs de l’Amour de Dieu et forts de notre fraternité chrétienne, et heureux d’être, au milieu des autres, des hommes et des femmes qui croient, qui prient, qui aiment, qui espèrent, à cause de Lui, le Seigneur !

 

+ Claude DAGENS

Partager cet article

Repost 0