Le blog de Mgr Claude DAGENS

"HEUREUX CEUX QUI CROIENT SANS AVOIR VU !" Homélie prononcée à la cathédrale lors de la rencontre des délégués des groupes de prière du Renouveau, le dimanche 15 avril 2012

16 Avril 2012 Publié dans #Homélies

Résurrection. Thomas 2

            « Heureux ceux qui croient sans avoir vu ! » Et c’est Jésus qui dit cela à l’apôtre Thomas, alors qu’il vient au milieu des siens et qu’il leur montre son corps blessé et vivant, ressuscité.

            Mais le mystère pascal, l’événement de la Résurrection, bouscule nos catégories humaines. Et c’est pourquoi il exige une véritable éducation, qui demande du temps. Et cette éducation doit être radicale, car elle doit convertir nos façons spontanées de concevoir le mystère de Dieu et la victoire de Dieu sur le mal et la mort.

            Les récits si réalistes de l’Évangile nous sont donnés pour consentir à cette éducation, comme les apôtres y ont consenti les premiers. La victoire de Dieu, d’abord, ils n’y croient pas, parce qu’ils ont été témoins, même de loin, des souffrances terribles et de la mort violente de Jésus. Dieu est donc impuissant face à la violence qui a brisé son Messie humilié. Et si jamais Dieu devait triompher de cette violence, ce serait pour se venger. Son retour serait terrible, et il écraserait ses ennemis. Et voici Jésus ressuscité, mystérieusement présent au milieu des siens et ses premières paroles sont stupéfiantes : « La paix soit avec vous ! » Aucun retour sur le passé. Aucun reproche par rapport à leur lâcheté et, maintenant, à leur peur. Il est là avec son corps blessé et il ose les envoyer en mission : « Allez dans le monde entier. Annoncez la bonne nouvelle à toute la création ! »

            Et eux, sans doute, voudraient l’interroger, lui demander des explications, entendre le récit de ce qui lui est arrivé. Rien de tout cela. Il leur est seulement demandé de ne pas le garder pour eux, de ne pas saisir son Corps ressuscité, mais de consentir à sa Pâque, en renonçant à leur sécurité, en entrant, si peu que ce soit, dans ce grand mouvement de don par lequel il s’est livré aux hommes et à son Père.

            Résurrection. Thomas« Heureux ceux qui croient sans avoir vu ! », mais en apprenant à s’ouvrir à l’invisible, à comprendre le mystère de sa Pâque, non pas en touchant ses plaies, mais en acceptant de le suivre, en mourant avec lui au péché qui nous renferme sur nous-mêmes, afin de renaître de Dieu en nous livrant à Lui, le Seigneur, devenu notre frère.

            Mais cette communion au Christ et à sa Pâque, elle est en nous l’effet de l’Esprit Saint. C’est Lui qui agit en nous, comme dans l’Église naissante, Lui que Jésus a promis et qui doit nous faire entrer dans la Vérité tout entière, en nous donnant de participer de l’intérieur au mystère du Christ. On ne devient pas chrétien si l’on reste spectateur des actes de Dieu. En étant spectateur, on est encore placé à l’extérieur.

            La foi que suscite en nous l’Esprit de Vérité nous introduit comme au-dedans du mystère pascal. Morts avec le Christ, nous renaissons avec lui, le premier-né d’entre les morts. Avec lui, nous sommes vainqueurs du monde, non pas en nous imposant au monde, mais en inscrivant dans le monde le mouvement même de la Pâque, c’est-à-dire de l’Amour de Dieu qui va jusqu’au pardon et qui nous ressaisit tout entiers.

            Le renouveau charismatique a été donné à l’Église pour réveiller et pour susciter cette expérience intime de la foi et de la foi qui agit par la charité, comme on le voit chez ces premiers baptisés de Jérusalem qui partagent tout ce qu’ils possèdent parce qu’ils mettent l’Amour de Dieu au-dessus de tout.

            Frères et sœurs, si j’ai un appel à vous adresser, une recommandation à vous faire, ce sera très simple. Je vous demande, comme je l’avais demandé à cette Fraternité trinitaire qui est parmi nous à Angoulême d’être une présence priante et aimante, aimante et priante, et de nous encourager tous à pratiquer ce va-et-vient qui passe sans cesse de la prière à la vie fraternelle et de la vie fraternelle à la prière.

            Soyez parmi nous et avec nous ceux et celles qui vivent du dedans le mystère du Christ quand il passe de ce monde à son Père en aimant les siens jusqu’au bout, et en nous appelant à vivre de Lui et de son Amour.

 

X Claude DAGENS

Partager cet article

Repost 0