Le blog de Mgr Claude DAGENS

DISCERNER CE QUI EST LE PLUS IMPORTANT. Homélie de Mgr Dagens lors de la messe à la cathédrale pour le pape François, le 19 mars 2013

20 Mars 2013 Publié dans #Homélies

François Pape 7

 

           Avant tout, que saint Joseph, l’époux de la Vierge Marie et le père adoptif de Jésus, me pardonne, car, au jour de sa fête, je ne parlerai pas de lui ! Mais, ce soir, nous sommes réunis à cause de cet homme, de cet évêque venu d’Argentine que le Seigneur vient de donner à son Église, pour qu’il devienne le successeur de l’apôtre Pierre et l’évêque de Rome, et cet homme, Jorge Mario BERGOGLIO, a choisi de porter, pour la première fois, le nom de François, le petit pauvre d’Assise.

            C’est donc l’heure de faire appel à Simon-Pierre et à François pour comprendre qui est notre nouveau pape, à quelle mission il est appelé et ce qu’il doit attendre de nous, peuple de baptisés, si nous voulons partager la grâce qui lui est faite !

            Ce matin même, à Rome, le pape François est descendu sous l’autel de la basilique Saint-Pierre, là où se trouvent les restes de ce pêcheur de Galilée, qui est devenu le premier témoin du mystère du Christ, de sa Passion et de sa Pâque ! Tout avait commencé pour lui au bord du lac de Tibériade, comme le raconte l’Évangile de Luc. Tout est dit dans ce récit de ce qui va transformer pour toujours cet homme généreux et fragile : en lui, l’appel du Christ et le travail de l’Esprit seront plus forts et plus tenaces que tout ce qui pourrait l’entraver.

            Dès le début apparaît cette disproportion immense entre ce qu’il est et la mission qu’il reçoit du Seigneur. « Nous avons pêché toute la nuit sans prendre de poissons ! » Peu importe ! Il accepte de jeter les filets, en réponse à la parole de Jésus. Il consent à être dépassé par Celui qui se charge de le conduire.

            Et cette même disproportion apparaîtra plus tard, lorsqu’il refusera la perspective de la Croix pour Jésus et pour lui-même. Jésus le traitera alors de Satan, parce qu’il reproduit la tentation au désert. Il voudrait que Dieu règne sur le monde par les moyens du monde. Il ne sait pas encore que seule, la puissance du Don de Dieu que le Christ porte et révèle en lui peut remettre à leur place toutes les logiques mondaines.

            Et notre nouveau pape sait cela pour lui-même : il a déjà vécu la Pâque avec le Christ, il a vaincu l’Adversaire, il a refusé ses tentations de puissance selon les lois du monde, et il a pu le dire aux cardinaux dès le début de son ministère : ces princes de l’Église, qu’ils se convertissent eux aussi, s’il le faut ! Qu’ils refusent toutes les compromissions humaines, trop humaines, de l’argent et des groupes de pression ! Qu’ils apprennent à suivre le Christ pauvre qui nous appelle à chercher d’abord son Royaume et sa justice !

            François Pape 6Et bien entendu, la figure de François d’Assise est là pour nous rendre sensibles à ce que Dieu accomplit en des hommes qui se laissent transformer par son Évangile et par sa Croix de gloire ! « Va, François, reconstruis ma maison, car elle est proche de s’effondrer ! » Parce qu’il y a en elle beaucoup de lézardes ! Tel est le premier appel qu’a entendu François dans l’église Saint-Damien !

            Reconstruire à partir des fondements, à partir de la Vérité et de la Charité du Christ, à partir de l’Évangile et de l’Eucharistie ! Toute réforme de l’Église passe par là : par ce travail de renouvellement intérieur qui oblige à discerner ce qui est le plus important.

            Comme l’apôtre Paul l’écrivait aux chrétiens de Philippes, ses amis : « Prenez part à la grâce qui m’est faite ! Et que votre amour abonde encore, et de plus en plus, en clairvoyance et en vraie sensibilité pour discerner ce qui est le plus important. »

            Frères et sœurs, entendons bien cet appel : « discerner ce qui est le plus important » et ne pas s’embarrasser de ce qui est moins important, ou plutôt relier fortement ce qui est moins important à ce qui est le plus important. Et le plus important, c’est d’être du Christ pour le salut du monde ! C’est de connaître le Christ Jésus, dans toute sa vérité, « avec la puissance de sa résurrection et la communion à ses souffrances », et d’aller de l’avant, en mettant en Lui, en Lui seul, notre foi et notre amour, et en partageant la joie d’être ses disciples, de vivre et d’annoncer son Évangile, de répondre, avec notre pape François, à son appel à « aller au large et à avancer en eau profonde ».

            C’est l’heure d’une confiance renouvelée et d’une évangélisation renouvelée, parce que l’Esprit Saint a donné et donnera au pape François de mettre l’essentiel là où il est, dans la personne du Christ, dans le portement de sa Croix, dans la joie d’être avec lui comme des agneaux au milieu des loups, livrés aux hommes, pour que les hommes sachent qu’ils sont enfants de Dieu, bénis de Dieu, notre Père, et qu’à partir de cette bénédiction, ils vivent plus fraternellement, en devenant plus humains dans l’Église et plus chrétiens dans le monde !

 

+ Claude DAGENS

Partager cet article

Repost 0