Le blog de Mgr Claude DAGENS

DIEU, QUI ES-TU ? Eucharistie et confirmation à Barbezieux, le dimanche 20 novembre 2011

21 Novembre 2011 Publié dans #Homélies

          Confirmation-2.jpg

 

            Dieu, qui es-tu ? Comment agis-tu dans le monde et en nous-mêmes ? Comment te découvrir ? Comment reconnaître les signes que tu nous donnes ? Et comment témoigner de toi au milieu des autres, surtout si les autres nous semblent indifférents à ce que nous, nous croyons de Toi ?

            Ces questions, nous les portons tous en nous, des jeunes comme des adultes. Et à ces questions, Dieu ne répond pas par des théories, mais par des signes. Par le signe étonnant du Christ – Roi de l’univers, que nous célébrons aujourd’hui : et ce signe est étonnant parce que le Christ n’impose pas du tout son pouvoir, il se relie à nous, à nous quand nous avons besoin d’être accueillis, soutenus, aimés. « Ce que vous avez fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous l’avez fait. » Quelle surprise ! Dieu est donc là, tout proche, et nous ne le savions pas.

            Mais ce que nous savons aujourd’hui, c’est que ces jeunes qui sont là pour être marqués de l’Esprit Saint, sont aussi des signes de Dieu, et, chacun à sa manière atteste le travail de Dieu en lui, en elle.

            Juliette, Gilles, Matthieu, Jérôme, Luc, Johann, Romain, Yohann, Cyprien, Rachel, Jérôme, Sophie, Camille, Agnès, Manuel, Vincent, Victor, Pierre-Louis.

            J’atteste que, depuis plusieurs années, vous vous êtes laissés conduire par Dieu. Et il s’engage à vous conduire, Lui, même à travers vos questions et vos doutes et il s’engage même aujourd’hui d’une façon concrète et sensible. Ce don de l’Esprit Saint, qui vient du cœur de Dieu, je l’ai reçu comme évêque pour le communiquer. Et dans un but précis : pour que le peuple des baptisés soit un peuple qui n’a pas peur et qui s’engage à être au milieu des autres un peuple de témoins et de signes de la charité du Christ.

            L’un de vous l’a écrit avec force, la sagesse de l’Esprit Saint, c’est la sagesse de l’Amour, de l’Amour qui sait comprendre les autres, et d’abord ceux et celles qui, tout près de nous, attendent qu’on leur tende la main, surtout s’ils ont faim et soif de confiance, de compréhension, de pardon.

            Car c’est la même Église, animée par le même Esprit Saint, qui pratique la prière et l’adoration – et c’est vital – et qui n’en finit pas d’être présente à tout ce qui blesse notre humanité, en répondant à l’appel de Jésus : « J’avais faim, j’avais soif, j’étais malade, j’étais isolé, j’étais perdu, j’étais au bord du désespoir, et vous êtes venus à moi. » Et c’était le Christ qui passait alors à travers nous, même si nous ne le savions pas.

            Le sacrement de confirmation est possible à tout âge. Il faut qu’on le sache. Il est donné pour que la source vive de Dieu et de la charité du Christ passe au travers de notre humanité, de nos blessures, de nos fragilités, et aussi de nos joies et de nos espoirs.

            Car ces jeunes qui vont être confirmés sont pour nous une source de joie. Et je le dis aussi pour moi-même et pour ceux qui les accompagnent, et en particulier le Père François-Marie FAVREAU et Pascal FORTIN. Certes, ils ne sont pas parfaits, et ils le savent bien, et vous aussi. Mais ils veulent aller de l’avant sur la route qui est devant eux, et pas n’importe comment : mais dans ce dialogue toujours possible avec le Dieu vivant, dont l’Esprit Saint est comme l’animateur.

            À vous, les jeunes, et à vous aussi, les adultes, je vous demande avant tout cela : pratiquez le dialogue avec Dieu, d’abord par la prière, et en même temps par la charité vécue ! Pratiquez ce dialogue aux heures des choix, des choix à faire pour l’avenir, pour les études, pour le travail ! Pratiquez aussi ce dialogue au nom des autres, au nom de ces amis qui semblent indifférents à ce que vous croyez, ces amis ou ces gens de votre famille, portez-les dans votre cœur, nommez-les, confiez-les à Celui qui promet d’être avec nous pour nous arracher au mal : « Mes brebis, j’irai les délivrer de tous les endroits où elles ont été dispersées un jour de brouillard et d’obscurité. L’égarée, je la ramènerai. Celle qui est blessée, je la chercherai… »

            Voilà le Royaume de Dieu parmi nous ! Ce n’est pas un rêve. C’est un engagement de Dieu et qui passe par nous !

 

X Claude DAGENS

évêque d’Angoulême

Partager cet article

Repost 0