Le blog de Mgr Claude DAGENS

"DÉLIVRE-NOUS DU MAL !" Homélie prononcée à la cathédrale, le 26 février 2012, pour l'accueil décisif des catéchumènes

27 Février 2012 Publié dans #Homélies


Tentation au désert 

            Nous avons tous besoin d’être renouvelés par Dieu, par l’Amour du Père des cieux, par la victoire du Christ Jésus sur le mal, par la force douce de l’Esprit Saint.

            C’est cela qui nous réunit en ce premier dimanche du Carême. C’est le besoin de nous réveiller et de comprendre que la vie chrétienne, ce n’est pas un lac immobile. C’est une source qui veut jaillir en nous, à longueur de vie, et par delà la mort, à partir de notre baptême.

            Merci d’être avec nous, vous, les futurs baptisés ! Merci de nous appeler, par votre expérience de catéchumènes, à nous laisser renouveler par Dieu, parce que sa Vie à Lui est plus forte que toute mort, parce que sa Lumière à Lui est plus forte que toute obscurité, parce que sa paix à Lui est plus forte que toute violence. Si vous êtes là, aujourd’hui, c’est parce que cette expérience-là, celle de la mort, de l’obscurité, de la violence, vous l’avez faite, à votre manière, chacun et chacune de vous : Emmanuel, Nathalie, Céline, Alexandra (de Barbezieux), Angie et Mikaël (de Saint-Pierre-Aumaître), Nathalie, Emmanuelle, Patricia (de Ma Campagne).                 

            Vous êtes heureux d’entrer dans l’Alliance de Dieu. Et même si l’arc-en-ciel n’apparaîtra pas forcément dans le ciel, le jour de Pâques, vous savez bien que Dieu, par ce signe, nous promet de demeurer avec nous comme Celui qui nous délivre du mal.

            Et cette Alliance sainte est inaugurée par cet homme nommé Jésus, à travers le combat mystérieux que l’Évangile de Marc évoque très discrètement. Jésus est parti au désert, ce monde de l’immensité où le ciel et la terre se rejoignent sans cesse. Mais dans ce monde inconnu, rôde l’Adversaire, Satan, Celui qui a l’art de nous séduire pour nous détruire. Comme les drogues, dures ou douces, qui promettent l’extase, mais qui provoquent la destruction de l’âme et du corps.

            Jésus a rencontré l’Adversaire qui lui a proposé de venir régner sur le monde comme les puissants de ce monde, en imposant sa domination, en écrasant ses ennemis, en méprisant les hommes.

            Jésus a refusé, et dès ce moment-là, il sait qu’il va suivre un tout autre chemin : au lieu de dominer, il va se donner, il va témoigner de cette force paisible qui a sa source dans le cœur du Dieu vivant, son Père et notre Père. Car Dieu ne s’impose jamais. Il s’approche et il attend que nous nous ouvrions à Lui, à Lui qui est quelqu’un à qui on peut tout confier.

            Beaucoup d’entre vous, dans leurs lettres, me parlent de leur relation personnelle à Dieu, à travers la prière. La prière est le secret de chacun, mais il est vrai qu’à certains moments, tout de notre vie, le plus beau mais aussi le plus rude, a sa place dans notre prière. Nous apprenons à passer par Dieu pour être délivrés de la haine. Nous apprenons à passer par Dieu pour rallumer en nous la lumière de la foi et pour dire simplement : « Père, notre Père… »

            Et avant de prononcer cette prière, tout à l’heure, à haute voix, nous la murmurons dans le silence de notre cœur : « Père, notre Père, que ton règne vienne… Que ta volonté soit faite… Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés… Ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du mal ». Oui, viens nous délivrer du mal et nous associer à la résurrection de Jésus.

 

X Claude DAGENS

évêque d’Angoulême

Partager cet article

Repost 0