Le blog de Mgr Claude DAGENS

COMMENT GUÉRIR DE NOS BLESSURES ? Notre humanité blessée, nos blessures inguérissables et la Passion de Jésus

25 Février 2008 , Rédigé par mgrclaudedagens.over-blog.com Publié dans #Conférences

 

Conférence donnée dans le cadre d’un cycle de Carême sur le thème : « Guérir de nos blessures ", à Angoulême, en l'église Saint Jacques de l'Houmeau, le 17 février 2008.

 

 

I – DIEU EST PRÉSENT À L’INTÉRIEUR DE NOTRE HUMANITÉ BLESSÉE

 

            Dans un mois, nous serons au début de la semaine sainte : nous nous engagerons à suivre Jésus, le Crucifié, qui va «  passer de ce monde à son Père en aimant les siens jusqu’au bout » (Jean 13,2). En écoutant le récit de sa Passion, nous serons appelés à comprendre ce que l’apôtre Pierre écrira aux premiers chrétiens de Rome quelques années après la mort de Jésus : « Par ses blessures, nous sommes guéris ». (1 Pierre 2, 24). Le cœur de la Révélation chrétienne est là : elle nous dévoile la souffrance de Dieu qui est venu, dans le Christ, partager nos souffrances et nos blessures. Et, en même temps, elle nous appelle à aller au-delà de nos blessures, et même à les « guérir » par la force du Christ.

            Je tâcherai tout à l’heure de suivre ce chemin de guérison à travers la Passion de Jésus. Mais je voudrais me situer d’abord sur le terrain si réel de notre humanité blessée. Pas besoin de faire des dessins : nous savons tous, par nous-mêmes ou par des personnes qui nous sont proches, ce que c’est que d’être blessés, parfois à mort, dans son corps et dans son âme.

            Mais en devenant chrétiens, nous ne pouvons pas nous contenter de ruminer ou d’étaler ces blessures. Nous apprenons à recevoir en nous une force de vie qui vient nous « relever ». C’est la parole même que j’ai adressée samedi dernier aux personnes qui ont reçu le sacrement des malades :

            « Par cette onction sainte, que le Seigneur, en sa grande bonté, vous réconforte par la grâce de l’Esprit Saint. Ainsi, vous ayant libéré de tout péché, qu’Il vous sauve et qu’Il vous relève ».

            Et peut-être avez-vous entendu ces personnes malades et handicapées qui ont témoigné de leur expérience chrétienne au début de cette journée de pèlerinage, sur les traces des pèlerins d’Emmaüs. Chacune a pu dire à peu près ceci : « Nous faisons l’expérience très dure de la maladie, du handicap, de la dépendance, parfois de la désespérance. Mais, dans cette épreuve du corps et de l’âme, Dieu est avec nous. La présence du Christ devient en nous comme une source de vie nouvelle, au-dedans même des blessures et de l’épreuve. »

            Il me semble que ces deux accents sont présents, inséparablement présents, dans la proposition même de ce Carême.

            Il y a l’accent du réalisme : oui, nous sommes blessés et nos blessures, visibles ou cachées, physiques et morales, font partie de notre humanité.

            Mais il y a aussi l’accent sinon de l’espérance, parfois difficile, du moins du défi relevé : nos blessures peuvent provoquer en nous comme une métamorphose profonde. Nous sommes appelés à faire face à l’épreuve avec cette force invisible dont Dieu est la source. Et nous pouvons alors vérifier ceci, qui n’est jamais une découverte immédiate, mais une initiation progressive : rien n’empêche le Christ de venir habiter et agir en nous, au-delà même de ces blessures, Lui qui a été blessé à mort.

            - C’est pourquoi je voudrais contempler le Christ Jésus dans sa Passion pour comprendre comment nos blessures humaines sont comme révélées dans cette Passion où se condense tout ce qui peut briser nos vies, nos corps, nos cœurs, notre humanité.

            - Mais, avant de suivre ce chemin de la Passion de Jésus, je voudrais commencer par quelques remarques qui me semblent importantes. Face au mystère du mal, face à ce que nous appelons les « blessures » de notre humanité, nous ne pouvons pas ignorer que la façon dont le christianisme aborde la réalité du mal est mise en cause par la culture moderne. Pourquoi ? Comment ? Et comment faire face à cette mise en cause parfois radicale ?

 

II – LE DRAME HUMAIN DU MAL, LA CULTURE MODERNE ET LA FOI CHRÉTIENNE

 

            1 – La foi chrétienne mise en cause par la culture moderne

 

                        - Nous sommes là sur un terrain miné qui est celui de la réalité du mal, certains diront du mystère du mal, de l’énigme du mal. Il existe une sorte de malaise permanent par rapport à cette réalité du mal. Pour le dire en deux mots, nous sommes tous exposés à une formidable ambiguïté face à cette réalité :

            - D’un côté, le mal éclate, il explose, il est surexposé, surmédiatisé. Voyez les informations télévisées : violences terribles des guerres civiles en Afrique ou ailleurs, violences des faits divers, crimes ou drames familiaux. Le mal est là, multiple, spectaculaire.

            - Mais, d’un autre côté, le mal est souvent terriblement caché. On le tait. On l’enferme en soi-même. On n’en parle pas, soit parce qu’en parler serait une façon de l’aggraver, soit parce qu’il n’y aurait personne pour comprendre.

            - Face à cette formidable ambiguïté du mal, nos attitudes chrétiennes sont parfois terriblement ambiguës, et je pense qu’il nous faut faire attention à des avertissements que nous lancent certains courants de la culture moderne. J’en vois deux principaux :

            - « Vous exaltez le mal ! Vous en faites une condition du salut, et vous faites du christianisme une religion perverse, une religion de la défaite humaine devant le mal, avec ce Dieu pervers qui est à la fois complice du mal et vaincu par le mal ! »

            - L’autre avertissement est  peut-être plus récent : « Vous jouez avec la culpabilité ! Vous imaginez un combat interminable entre le Bien et le Mal ! Vous aggravez les oppositions entre les victimes et les bourreaux, les innocents et les coupables ! C’est un antagonisme sans fin qui ne peut que réveiller les blessures, au lieu de les guérir ! »

            - Je crois qu’il faut entendre ces deux reproches graves, même s’ils sont très excessifs. Mais je crois aussi que ces deux reproches nous obligent à aller au cœur même de la Révélation chrétienne, de ce qu’elle a de plus décisif, de plus réaliste et de plus engageant.

            - Le premier reproche est celui de NIETZSCHE : le christianisme serait la religion des gens qui ont peur de vivre, des faibles, qui s’apitoient sur leurs blessures et qui s’inventent un Dieu lui-même apitoyé et pitoyable, vaincu sur une Croix !

            Et NIETZSCHE, à sa manière, en appelle à une philosophie non pas de la résignation et de la pitié, mais du courage et de la lutte pour la vie.

            Il y a sans doute beaucoup d’exagérations dans ces reproches et ces soupçons d’inspiration nietzschéenne. Je ne veux pas me lancer dans une discussion philosophique. Je veux seulement attirer votre attention sur ceci : nous sommes appelés à nous demander en permanence : « En quel Dieu croyons-nous ? Qui est-il pour nous, Celui dont nous portons le signe ? Allons-nous le comprendre seulement à partir de nos blessures et de nos faiblesses ? Ou bien allons-nous le laisser être en nous, devenir en nous une source de vie et de force face à la réalité du mal ? »

            La meilleure réponse au soupçon nietzschéen, ce sont les catéchumènes, d’aujourd’hui comme d’hier. Ces hommes, ces femmes ont fait l’expérience des épreuves de la vie. Ils sont tous blessés, d’une manière ou d’une autre. Mais en eux Dieu se révèle à la fois comme une présence bienveillante et comme une force pour vivre et pour relever les défis de la vie. Et une force qui n’est pas de ce monde, une force d’Amour victorieuse du mal !

            - Mais justement, c’est là que se trouve le second reproche auquel nous sommes exposés. On peut nous dire parfois : « Le christianisme n’aggrave-t-il pas le sentiment de culpabilité ? Est-ce qu’il ne vient pas renforcer la lutte entre ce que certains appellent les forces du Bien et les forces du Mal ? »

            Là encore, il nous faut être vigilants. À cause de la culture moderne qui, elle, joue de façon perverse avec la culpabilité humaine. Selon un raisonnement implacable que vous pouvez vérifier chaque jour, dans les journaux ou à la  télévision : S’il y a du mal, c’est qu’il y a des coupables. S’il y a des coupables, il faut les chercher. Si on les cherche, on les trouvera. Quand on les aura trouvés, il faudra les dénoncer et les mettre en procès. Et la scène médiatique est remplie de cette recherche, de cette dénonciation et de ce procès des coupables.

            De sorte que la vie sociale risque de devenir comme un champ clos où s’affrontent des innocents, et des coupables, avec des incantations terriblement éloquentes : « Vivent les victimes ! Malheur aux coupables ! » C’est un engrenage sans fin.

            Eh bien non, le christianisme n’est pas du tout, ne peut pas être, ne doit pas être, une justification spirituelle de cet engrenage. Le premier et le dernier mot du christianisme, c’est la bonté de Dieu, c’est l’Amour tout-puissant du Seigneur de l’Univers qui fait alliance avec nous, et le sommet de cette Alliance, c’est la Croix du Christ, signe non pas de mort et de défaite, mais de mort vaincue, de vie donnée, d’Amour désarmé et fidèle !

            Face à nos blessures et à celles des autres, la foi chrétienne comporte donc comme une double révélation :

            - Oui, une promesse de guérison radicale nous est donnée et elle peut s’inscrire en nous, dans nos corps et dans nos cœurs.

            - Oui, il faut aussi reconnaître qu’il existe des blessures inguérissables, mais cette reconnaissance-là fait partie non pas de notre résignation, mais de notre espérance et de nos luttes spirituelles.

 

2 – La foi chrétienne porte en elle une promesse de salut

 

            C’est l’expérience même des hommes et des femmes de l’Évangile : voici des aveugles, des paralysés, des lépreux, des hommes et des femmes atteints par la maladie, avec toutes ses conséquences, la maladie qui sépare, qui exclut, qui met à l’écart des autres.

            Or ces hommes et ces femmes vont vers le Christ, en criant vers Lui : « Aie pitié de moi ! » Et Jésus répond à leur attente profonde de guérison, de vie renouvelée : « Je le veux ! Sois purifié ! Lève-toi et marche ! »

            Cette parole de l’Évangile, elle a été entendue à Lourdes, en 1987, par cet homme de chez nous nommé Jean-Pierre BÉLY. Et cet homme a raconté lui-même ce qui lui est arrivé alors. D’abord une guérison intérieure, grâce au sacrement des malades : il a été comme délivré de la mémoire du mal qui était inscrite en lui. Et ensuite, durant la nuit, comme un appel mystérieux « Lève-toi et marche ! » : et il s’est levé, il s’est remis à marcher « comme un petit enfant », ainsi qu’il l’a lui-même expliqué. Il était guéri de sa sclérose en plaques. Mais entendons bien son récit : il insiste sur ce lien étroit entre le mal de l’âme et le mal du corps, et sur la double guérison, avec cette espèce d’apprentissage d’une vie nouvelle, dont il témoignera simplement et inlassablement.

            J’insiste sur l’expression de la marche, comme d’un nouvel apprentissage, « comme un petit enfant ». Il s’agit d’une sorte de nouvelle entrée dans la vie. Et c’est la symbolique même du baptême. C’est ainsi que des catéchumènes parlent souvent de leur conversion.

            Ce qui comporte une révélation plus profonde, qui permet de répondre à ceux qui nous soupçonnent de rêver d’un combat entre le Bien et le Mal. Non ! Le christianisme n’est pas un dualisme : il n’oppose pas un Dieu bon à des forces mauvaises. Il révèle que Dieu lui-même vient habiter notre humanité blessée. Jésus, le Christ, ne craint pas de toucher les lépreux. Il prend tout sur lui de notre condition humaine. Cela est fondamental : c’est de l’intérieur même de nos blessures qu’il agit. La guérison n’est pas d’abord une thérapeutique extérieure. Elle est un saisissement intérieur. Elle saisit notre humanité entière. Nous sommes sauvés du dedans même de ce qui nous blesse ou nous détruit, parce que Lui, le Christ, est descendu  jusque dans nos enfers. Ce n’est pas une guerre. C’est une nouvelle naissance, pascale, faite de mort et de résurrection.

 

            3 – Il existe en nous des blessures inguérissables

 

                        Mais, justement, le Ressuscité demeure le Crucifié. Certains récits d’apparitions soulignent cette réalité étonnante, notamment le récit de l’apparition  à Thomas, dans l’Évangile de Jean. Jésus insiste face à l’apôtre incrédule : « Porte ton doigt ici : voici mes mains ; avance ta main et mets-la dans mon côté » (Jean 20, 27). Le Ressuscité continue de porter dans son corps les traces des blessures liées à sa Passion. La lumière et la force de la Résurrection   passent même à travers ses blessures.

            Cela fait peut-être éclater nos catégories naturelles, mais c’est le réalisme de la Révélation. Et je crois que ce réalisme va très loin : croire au salut de Dieu qui nous vient par le Christ ne nous empêche absolument pas de reconnaître que nous pouvons porter en nous des blessures inguérissables.

            De ces blessures souvent cachées dont on ne parle jamais, mais qui restent incrustées dans notre chair et dans notre mémoire. Ces blessures liées à des violences, à des brisures subies ou accomplies par nous, ou à d’autres violences qui font partie de l’histoire de notre famille ou de notre nation.

            Ces blessures demeurent. Elles sont souvent inguérissables. Elles peuvent parfois nous miner intérieurement, ou pourrir notre cœur. Elles peuvent aussi devenir comme des ouvertures : à travers elles passe cette force mystérieuse qui nous permet de vivre, d’aimer la vie, de lutter, d’espérer. Et nous, disciples de Jésus, nous osons nommer cette force et sa source : c’est la Passion et la Pâque du Christ.

            Avant de suivre la Passion de Jésus comme un récit révélateur de nos blessures humaines, je voudrais me référer à un témoignage récent et très poignant au sujet de ces blessures inguérissables. Il s’agit du livre dans lequel Simone VEIL raconte sa vie : à 16 ans et demi, elle a été déportée à Auschwitz, avec sa mère et l’une de ses sœurs. Des mois terribles de souffrance et d’humiliation. Et c’est juste avant la libération que sa mère, qui avait fait face jusque là à l’épreuve, meurt du typhus, complètement épuisée.

            Et Simone VEIL, qui n’est pas croyante, explique alors à la fois sa blessure inguérissable et la force qui est passée pour elle par cette épreuve :

            «  Aujourd’hui, encore, plus de soixante ans après, je me rends compte que je n’ai jamais pu me résigner à la disparition de ma mère. D’une certaine façon, je ne l’ai pas acceptée. Chaque fois, Maman se tient près de moi, et je sais que ce que j’ai pu accomplir dans ma vie l’a été grâce à elle ». (Simone VEIL, Une vie, Paris, 2007, p.88).

            Ces paroles se passent de commentaires : elles disent que pour des incroyants aussi, la confiance dans la vie et la force de vivre passent à travers la mort de ceux et de celles qui nous ont engendrés à la vie. Pour nous, croyants, par la mémoire et par la foi en Celui qui nous engendre à la vie éternelle de Dieu, à travers sa Passion.

 


 

 

III – NOS BLESSURES HUMAINES RÉVÉLÉES À TRAVERS LA PASSION DE JÉSUS

 

            Voici dans quelle perspective je voudrais lire et comprendre la Passion de Jésus.

. Il est clair que cette Passion de Jésus est révélatrice de Dieu qui, en son Fils, s’est lié à notre humanité blessée. Mais, en même temps, cette Passion du Fils est révélatrice de nos blessures humaines, de leurs effets, de leur profondeur, de leur violence.

            C’est cette dimension anthropologique de la Passion de Jésus que je voudrais scruter. À partir d’une parole du procurateur Pilate, que rapporte l’Évangile de Jean (18,5) : Jésus comparaît devant le procurateur romain. Les soldats l’ont frappé violemment, et ils l’ont affublé d’une couronne d’épines et d’un manteau de couleur pourpre :

            « Jésus sortit alors, portant la couronne d’épines et le manteau de couleur pourpre. Pilate dit (au peuple de Jérusalem) : « Voici l’homme ! » (Jean 18, 5)

            Il me semble que ces deux mots échappés à Pilate sont terriblement parlants. Que disent-ils ? Comment les comprendre ? Ils disent d’abord : voici cet homme, Jésus, vaincu par tous ceux qui, plus ou moins consciemment, veulent sa mort. Cet homme est là, ridiculisé, humilié, brisé. Mais ils disent aussi : voilà ce dont notre humanité est capable, lorsqu’elle se laisse vaincre par la puissance du mal, par ce que Luc appelle la « puissance des ténèbres » (Luc 22, 53). Jésus révèle en lui-même ces blessures profondes que nous sommes capables de nous infliger les uns aux autres. Quelles sont ces blessures et comment la Passion de Jésus les révèle-elle ? C’est surtout à l’Évangile de Luc que je me référerai pour cette lecture spirituelle.

 

            1 – La violence et le mépris des ennemis

 

                        Dans l’évocation de ces blessures révélées à travers la Passion de Jésus, j’irai du plus visible au plus caché. Le plus visible, c’est évidemment la violence. Voyez à ce sujet les peintres du Moyen Âge ou de l’époque baroque : on montre le corps de Jésus lacéré, couvert de plaies, défiguré ! Et voyez aussi le film de Mel GIBSON, la Passion de Jésus, conçue comme un spectacle horrible, où la violence et le sang remplissent l’écran.

            Par rapport à cette violence, l’Évangile, spécialement celui de Luc, est d’un réalisme sobre. Mais, à plusieurs reprises, il met en relief ces moments où, depuis l’heure de l’arrestation au jardin des Oliviers, Jésus est tombé sans défense entre les mains de ceux qui veulent sa mort.

            Le plus apparent, c’est la violence des soldats, ceux qui ont suivi Judas et qui se saisissent de Jésus. Et ensuite, ceux qui le gardent dans la résidence du Grand Prêtre : « Les hommes qui gardaient Jésus se moquaient de lui et le battaient.  Ils lui avaient voilé le visage et lui demandaient : « Fais le prophète ! Qui est-ce qui t’a frappé ? » (Luc 22, 63-64).

            L’homme vaincu est traité comme un objet. Sadisme des bourreaux. Sadisme plus ou moins conscient de ceux qui torturent. Il faut alors un réel courage pour résister à la violence de ceux qui satisfont ainsi leurs instincts de mort.

            Mais il y a peut-être pire que la violence physique exercée avec des coups. Il y a les paroles qui tuent, les paroles de mort. Pas seulement celles des soldats, mais celles des juges, notamment autour du roi Hérode : « Hérode l’interrogeait avec force paroles, mais Jésus ne lui répondit rien. Les grands prêtres et les scribes étaient là, qui l’accusaient avec violence ». (Luc 23, 9-10).

            Violence de la haine que rien ne peut contenir, puisque Jésus est sans défense et qu’il se tait. Et pire encore que cette violence-là, il y a le mépris et la moquerie. Et l’Évangile de Luc insiste : « Hérode en compagnie de ses gardes le traita avec mépris et se moqua de lui. » (Luc 23, 11).

            Le mépris : c’est peut-être une des attitudes humaines les plus destructrices. On peut être blessé à mort, lorsque l’on est ainsi traité de haut, ou de travers, traité comme un objet, réduit à rien, ou jugé d’avance selon des catégories extérieures. «  Tu ne vaux rien ! Tu n’es capable de rien ! Tu n’existes pas pour moi ! » Des enfants peuvent être profondément atteints par ces paroles de rejet, et aussi des adultes. Il n’y a pas d’âge pour être ainsi blessés au plus profond de notre dignité humaine.

            L’homme Jésus, en sa Passion, révèle notre dignité humaine bafouée, niée, réduite à rien. Dieu lui-même prend sur Lui, en son Fils, ces abaissements destructeurs. Et il fait face avec une force désarmée qui est aussi son secret.

 

            2 – L’abandon des amis et la solitude

 

                        Mais il y a, tout au long du récit de la Passion de Jésus, une autre révélation sur l’origine de ces blessures. Il n’y a pas que les ennemis qui soient capables de nous faire du mal. Il y a aussi les amis. Et l’Évangile insiste, avec un réalisme étonnant, parce qu’on pourrait penser que les apôtres de Jésus, les Douze, ont tous été à ses côtés dans l’épreuve.

            Il n’en est pas du tout ainsi. Et l’Évangile va révéler, de façon progressive, cette incompréhension des disciples, cette distance, cet éloignement, qui ira jusqu’à l’abandon. Après l’heure de l’arrestation et surtout après l’heure de l’agonie au jardin des Oliviers, presque tous disparaissent. Ils ont pris le large. Ils ont peur. Ils se terrent quelque part à Jérusalem.

            Cela a commencé au Cénacle, après le don étonnant du pain et du vin. « Ils en arrivèrent à se quereller sur celui d’entre eux qui leur semblait le plus grand » (Luc 22, 24). On peut comprendre : Jésus vient d’évoquer le Royaume de Dieu. Et eux s’imaginent que l’avènement de ce Royaume sera une heure de triomphe et qu’ils y seront associés. À quel rang ? À quelle place ?

            Dérisoires querelles de préséance ! Terrible aveuglement de ces hommes qui n’ont pas encore compris le drame et le mystère de la Passion ! Et quelque temps plus tard, au jardin des Oliviers, pendant que Jésus est dramatiquement confronté à la volonté de son Père, les voilà qui dorment : « Jésus priait plus instamment et sa sueur devint comme des caillots de sang qui tombaient à terre. Quand, après cette prière, il se releva et vint vers les disciples, il les trouva endormis de tristesse. » (Luc 22, 45).

            C’est cela aussi l’événement de Gethsémani : pas seulement la prière de Jésus, mais la lâcheté des amis, leur éloignement profond. Ils sont là, tout près, mais ils n’ont pas compris. Vaincus par la peur, ou la fatigue, ou la médiocrité !

            Voilà aussi la cause de nos blessures humaines. Ceux sur qui nous comptions se révèlent incapables de tenir. À l’heure de l’épreuve, ils prennent leurs distances, plus ou moins nettement. Ils ne veulent pas se compromettre. Ils pensent d’abord à eux. L’amitié désintéressée est rare.

            Reste pour Jésus, comme pour nous, la solitude. La solitude comme une épreuve : il faut lutter pour tenir, sans perdre la face. La solitude aussi comme un accès possible à Dieu : « Père, entre tes mains, je remets mon esprit » (Luc 23, 46). Je reviendrai tout à l’heure sur cette dernière parole de Jésus. À l’heure où tout nous manque, Dieu est là, fidèle, intensément présent à nous, hommes et femmes blessés à mort, comme son Fils.

 

            3 – Le reniement de Pierre et la trahison de Judas

 

                        L’Évangile va encore plus loin. Il ne considère pas l’abandon des disciples comme un phénomène seulement collectif. Parmi les Douze, il y a aussi deux hommes qui portent une part spéciale, personnelle, de responsabilité dans la mort de Jésus : Pierre et Judas.

            Et tous les récits de la Passion insistent : le premier des Douze, Simon-Pierre, a été le premier sinon des traîtres, du moins des lâches. Et Jésus l’avait prévenu : « Simon, Simon, Satan vous a réclamés pour vous secouer dans un crible comme on fait pour le blé… » (Luc 22, 31). Alors « Pierre lui dit : « Seigneur, avec toi, je suis prêt à aller même en prison, même à la mort. » Jésus dit : « Je te le déclare, Pierre, le coq ne chantera pas aujourd’hui que tu n’aies par trois fois nié me connaître ». (Luc 22, 33-34).

                Et cette prophétie va se vérifier durant la nuit qui suit l’arrestation. À trois reprises, Pierre refusera d’être reconnu et de se reconnaître comme un ami de Jésus : « Je ne le connais pas ». (Luc 22, 57). « Et aussitôt, un coq chanta. Le Seigneur, se retournant, posa son regard sur Pierre ; et Pierre se rappela la parole du Seigneur qui lui avait dit : « Avant que le coq chante aujourd’hui, tu m’auras renié trois fois ». Il sortit et pleura amèrement ». (Luc 22, 60-62).

            Triple reniement, triple acte d’abandon. Souffrance terrible de celui qui voit ainsi la confiance et l’amitié reniées, saccagées. Souffrance de l’amour et de l’amitié trompés, comme si tout ce que l’on avait vécu dans la confiance mutuelle était non seulement réduit  à rien, mais détruit. Souffrances de ces séparations qui semblent inévitables, dans un couple, dans une famille. Blessures mortelles, apparemment insurmontables. Il reste à vivre, sans oublier. Mais comment pardonner ?

            Il y a Pierre. Et il y a Judas, celui qui va « livrer » Jésus. Et ce mot est terrible : il dit tout un processus de retournement intérieur, fait de déceptions, de rêves, d’illusions, avec, au bout du chemin, une sorte d’alliance avec les ennemis de Jésus, pour quelques deniers.

            Et face à cet homme qui le livre, Jésus est terriblement conscient. Cet homme, il l’a accueilli à la table du dernier repas, et l’Évangile de Luc insiste : « Jésus dit : « Voici : la main de celui qui me livre se sert à cette table avec moi ». (Luc 22, 21).Et quelques heures plus tard, au jardin des Oliviers, alors que Judas s’approche pour l’embrasser : « Judas, c’est par un baiser que tu livres le Fils de l’homme ! » (Luc, 22, 48). Et Judas disparaît dans la nuit. Bernanos a quelques pages pathétiques sur ce drame de l’homme qui a trahi Jésus, et qui a été vaincu par la désespérance.

 

            4 – La douceur du Juste souffrant

 

                        J’avais d’abord prévu d’achever cette méditation en évoquant la solitude de Jésus et, en Lui, la tentation de la désespérance. Et il est vrai qu’à partir du jardin des Oliviers, il est seul face à ceux qui ont déjà décidé sa mort. Et que les récits évangéliques, et même celui de Luc, insistent sur sa tristesse, et même sur son angoisse, alors qu’approche l’heure de la mort : au jardin des Oliviers, « pris d’angoisse, il priait plus instamment ». (Luc 22, 44).

            Et pourtant, j’ai lu et relu encore ce récit. Et, peu à peu, j’ai vu briller comme une autre lumière. Ce Fils de l’homme, vaincu par ses ennemis, abandonné par ses amis, livré à la mort, est aussi le Juste souffrant et victorieux de la souffrance par ce qu’il est : désarmé, et rayonnant d’une douceur inouïe.

            Et j’ai relu aussi le commentaire qu’a fait de la Passion de Jésus un grand exégète jésuite, mort il y a quelques mois : le Père Xavier LÉON-DUFOUR. Dans son livre « Face à la mort, Jésus et Paul », après une étude très fouillée du récit de Luc, il réfléchit sur la dernière parole de Jésus crucifié : « Père, entre tes mains, je remets mon esprit ». (Luc 23, 46), et il montre que cette prière dit tout de l’attitude intime de Jésus à la dernière heure : il est ce Serviteur souffrant, annoncé par le prophète Isaïe, qui a pris sur Lui nos blessures et qui les assume avec une force d’âme et une douceur qui ne sont pas de ce monde. Et du Père, il reçoit cette force plus forte que toutes nos blessures : « La prière de Jésus vient couronner un combat qui n’est pas livré à la manière des violents, mais dans la douceur du Juste. Ainsi Jésus devient non pas simplement un exemple, mais le type du Juste souffrant, recueillant en sa personne la persécution de tous les temps et révélant par son triomphe la victoire promise aux disciples. La violence dont il est la victime se heurte à cette douceur qu’on appelle parfois la non-violence et qui va avoir pour effet de dissoudre la dureté des méchants » (Xavier LÉON-DUFOUR, Face à la mort, Jésus et Paul, Le Seuil, 1979, p.155).

 

            Et en lisant ces lignes, je n’ai pas pu m’empêcher de penser au frère Roger, de Taizé. J’ai prié sur sa tombe le 2 janvier dernier, et j’ai lu aussitôt après la méditation d’un de ses frères, soulignant qu’il était mort, assassiné, non pas pour une cause qu’il défendait, mais à cause de ce qu’il était : image du Christ désarmé et qui conteste les logiques violentes de notre monde. Victoire de la Croix, qui passe par nos blessures…

 

            Oui, c’est « par ses blessures, à travers ses blessures, que nous sommes guéris », et qu’au sein de notre humanité blessée, nous devenons les témoins et les artisans d’une humanité renouvelée, parce que rien, et même les pires blessures, rien ne peut nous séparer de l’Amour de Dieu manifesté à travers la Passion du Christ. Voilà notre espérance ! Et voilà le combat dans lequel nous sommes engagés ! Ainsi soit-il pour chacun de nous et pour l’Église du Christ que nous formons !

 

Partager cet article

Repost 0