Le blog de Mgr Claude DAGENS

50 ANS APRÈS, 25 ANS APRÈS : TOURNÉS VERS L'AVENIR. Mot d'introduction de Mgr Dagens lors du 50e anniversaire de Vatican II et du 25e anniversaire de son ordination d'évêque, le 25 novembre 2012

26 Novembre 2012 Publié dans #Interventions diverses

 

      

         DSC 3966 - CopieCinquante ans après l’ouverture du Concile Vatican II à Rome et vingt-cinq ans après mon ordination d’évêque à Bordeaux, nous voici tournés vers  l’avenir de Dieu et de l’Église du Christ, ici, à Angoulême.

            Avec vous, Éminence, avec vous, Mgr SARAH, ami de longue date à cause de la Guinée et de nos sœurs de Maumont qui, en ce moment même à Friguiagbé, prient avec nous et pour nous.

            Il nous faut reconnaître que le temps de l’Église ne se confond pas avec le temps des hommes. Le temps de l’Église, c’est le temps de Dieu avec nous, c’est l’éternité dans le temps. De sorte que nous sommes aujourd’hui contemporains du bienheureux Jean XXIII lorsqu’il ouvrait, le 11 octobre 1962, le concile Vatican II en lui assignant comme mission non seulement de défendre la foi catholique, mais de la proposer et de la présenter au monde d’une façon renouvelée, préparant ainsi ce que nous appelons la nouvelle évangélisation, cet engagement à annoncer Jésus Christ Sauveur en vivant de Lui d’une façon plus radicale et plus fraternelle.

            Telle est la raison simple de notre rassemblement d’aujourd’hui à l’intérieur de cette cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême dont la rénovation extérieure et intérieure est comme un programme et un appel : ces pierres de l’époque romane, du XIIe siècle, elles sont anciennes, mais elles revivent dans leur blancheur d’origine.

            Si les services des monuments historiques peuvent faire revivre ces vieilles pierres, combien plus l’Esprit Saint peut-il renouveler ce Corps du Christ que nous formons !

            Oui, frères et sœurs, soyons prêts à reconnaître le Dieu vivant comme Celui qui ne se lasse pas de nous faire renaître à partir de la Pâque de son Fils, le Crucifié et le Christ Roi !

            Et soyons à l’image de ce Christ de l’Ascension que l’on voit tout en haut de la façade de notre cathédrale ! Il monte vers le ciel de Dieu, mais il reste tourné vers notre humanité actuelle. Et nous, ici, en cette Eucharistie d’action de grâces (et c’est un pléonasme), nous sommes tournés vers Lui, vers Toi, Seigneur Jésus, devenu notre frère, pour que nous devenions un peuple de frères et de sœurs, et qu’ensemble, évêques, prêtres, diacres, baptisés et confirmés, nous vivions de cette fraternité chrétienne qui, de Kinshasa à Rome, et de Rome à Angoulême, est comme un ferment caché qui soulève le monde !

Partager cet article

Repost 0