Le blog de Mgr Claude DAGENS

LA GRANDE ALLIANCE DE LA PAROLE, DE LA MUSIQUE ET DU SILENCE. Eucharistie à la cathédrale Saint-Pierre et bénédiction des grandes orgues, le 12 septembre 2015

14 Septembre 2015 Publié dans #Homélies

LA GRANDE ALLIANCE DE LA PAROLE, DE LA MUSIQUE ET DU SILENCE. Eucharistie à la cathédrale Saint-Pierre et bénédiction des grandes orgues, le 12 septembre 2015

Nous avons entendu la Parole de Dieu dans ce qu’elle a de plus radical, de plus dramatique : la prophétie d’Isaïe au sujet de ce Serviteur souffrant que Dieu bénit, et puis ce tournant que constitue dans l’Évangile de Marc la première profession de foi chrétienne, de la part de l’apôtre Pierre, face à Jésus : « Tu es le Christ, le Messie de Dieu, Celui que nous attendons ! » Et, après l’acte de foi, l’acte terrible du refus : « Cela ne t’arrivera pas ! » Incompréhension totale, négation de la vérité du Christ, enfermement dans nos idées humaines sur le pouvoir de Dieu.

Nous voici au cœur du mystère de la foi ! Tout s’y mélange : la révélation de Jésus et ce qui, en nous, résiste à cet étonnant Amour de Dieu, dans l’acte de la Pâque du Christ, à travers le sacrement de l’Eucharistie !

Mais quel rapport entre cette Parole de Dieu, qui vient nous décaper, et l’événement qui nous rassemble ce soir dans notre cathédrale Saint-Pierre, la bénédiction de ces grandes orgues totalement rénovées ?

Soyons clairs : ce qui nous rassemble n’est pas un spectacle ordinaire et le bâtiment où nous sommes n’est pas un bâtiment ordinaire, même plus grand que d’autres. Ce n’est pas une salle de spectacles, et encore moins un musée.

C’est un lieu étonnant, ouvert à tous et où il est nous donné d’être témoins d’une alliance exceptionnelle entre la Parole, la musique et le silence, tout en étant appelés à ne pas être seulement côte à côte, mais comme corps à corps, dans le grand Corps du Christ.

Regardez ces voûtes ! Admirez ces murs décapés et ce vitrail si lumineux sur un côté du transept, et voyez cette couronne de lumière au-dessus de l’autel, là où s’accomplit l’acte de la présence du Christ, « mon corps livré pour vous, mon sang versé pour vous ! »

Voilà le sacré catholique ! Et je le dis en hésitant toujours devant ce mot qui, pour certaines personnes, évoque des hauteurs infranchissables, quelque chose de vague et surtout d’imaginaire. Le sacré serait du divin à la mode humaine !

Or le sacré chrétien fait d’abord appel non pas à ce qui nous surplomberait, mais à ce qui nous anime du dedans ! Car ces orgues font partie du corps de cette cathédrale !

Et vous avez compris, tout à l’heure, qu’en bénissant ces orgues, je ne les traitais pas seulement comme des instruments de musique, je les reconnaissais comme des éléments vivants, réellement incorporés au Corps du Christ que nous formons !

L’orgue, avec ses claviers multiples et ses tuyaux complexes, nous fait respirer ensemble, et elle éveille aussi nos mouvements intérieurs de joie ou de peine, d’enthousiasme ou d’abattement : nous sommes enveloppés par ces souffles qui accompagnent notre prière !

Et vous qui êtes ici présents, dans notre cathédrale et qui n’êtes pas des familiers de la Tradition catholique, soyez tranquilles ! Laissez-vous ressaisir par ces mouvements impalpables qui traversent cette nef, à partir du dialogue initial !

Car j’ai dialogué avec l’orgue, j’ai révélé ainsi que le dialogue fait partie de la liturgie catholique ! Du seuil de la cathédrale au chœur et à l’autel s’établit une communication sensible, dont notre organiste, Frédéric Ledroit, est comme le relais vivant et passionné !

Qu’il est bon d’être ici attentifs à ce qui nous dépasse et qui vient d’en-haut sans doute, mais à travers la Parole faite chair sur notre terre et qui se livre à nous ! Qu’il est bon de reconnaître que le culte catholique s’adresse à nos sens, à nos corps, à nos capacités d’attention, à notre joie intime de participer à un événement qui nous relie !

Orgue, instrument sacré, continue à éveiller en nous ce qui nous sort de nous-mêmes et qui nous donne de nous oublier et de nous ouvrir à la beauté du monde ! Car l’ordre de la charité, comme le dit et le pense Pascal, n’est pas du tout étranger à l’ordre de la chair et des sens ! Au contraire, puisque en Jésus Christ, Dieu lui-même vient tout renouveler de notre humanité fragile ! Et la musique des orgues participe à ce saisissement qui vient du cœur de Dieu !

Seigneur, fais qu’à travers la musique des orgues et aussi à travers notre silence, nous nous ouvrions à ton mystère pour que nos vies s’accordent à ton Amour !

+ Claude DAGENS, évêque d'Angoulême

Partager cet article

Repost 0