Le blog de Mgr Claude DAGENS

LA FOI CHRÉTIENNE EN DIEU PASSE PAR DES PERSONNES. Homélie lors de la confirmation de jeunes et d'adultes, à Jarnac, le 18 janvier 2015

19 Janvier 2015 Publié dans #Homélies

LA FOI CHRÉTIENNE EN DIEU PASSE PAR DES PERSONNES. Homélie lors de la confirmation de jeunes et d'adultes, à Jarnac, le 18 janvier 2015

Frères et sœurs de Jarnac,

Nous participons tous à l’histoire de la foi chrétienne en Dieu dans le monde et cette foi au Dieu vivant passe par des personnes et des personnes qui apprennent à entrer en relations avec Celui que nous appelons Dieu. Et si jamais on nous demande : « Qui est Dieu pour vous ? », alors nous pouvons répondre que Dieu, le Dieu vivant, est Celui qui entre en relations avec nous d’une façon personnelle, en appelant chacun par son nom.

C’est ce que nous révèlent les textes de la Parole de Dieu de ce dimanche ordinaire. Voici le jeune Samuel, qui a été confié par ses parents au prêtre Éli, et qui vit au temple de Silo : Dieu l’appelle en le nommant, et cet enfant encore jeune est capable de répondre à l’appel de Dieu. « Me voici » : et ce sont les premiers moments de sa vocation de prophète, de représentant de Dieu pour son peuple.

Et l’Évangile de Jean, lui, raconte la première rencontre de Jésus avec deux disciples de Jean Baptiste qui vont devenir ses disciples. Jean-Baptiste leur montre la direction de Jésus : « Voici l’Agneau de Dieu ! », voici celui qui vient pour la réconciliation du peuple avec Dieu. Et ces deux hommes vont le suivre et se laisser former par Lui : l’un s’appelle André et l’autre est probablement l’évangéliste Jean qui ne se nomme pas. Et cela en dit long sur l’importance de l’amitié dans la rencontre de Jésus : c’est Jean Baptiste qui a tourné vers Jésus le regard de ses amis et c’est André qui est à l’origine de la rencontre décisive entre Jésus et son frère Simon, qui reçoit aussitôt le nom nouveau de sa mission : « Kephas », Pierre.

De l’enfant Samuel aux disciples Jean, André et Simon, c’est la même histoire qui se déploie. Des enfants et des hommes s’ouvrent au mystère de Dieu : ils comprennent aussitôt que Dieu est Celui pour qui ils existent d’une façon personnelle, car Dieu ne nous connaît pas en bloc. Nous ne sommes pas pour Lui des numéros. Nous sommes ceux qui pourront témoigner personnellement de sa Présence personnelle. Nous pouvons le rencontrer et le connaître, et même l’écouter et nous adresser à Lui : « Parle Seigneur, ton serviteur écoute ! » Et aussi : « Rabbi, où demeures-tu ? »

L’Église que nous formons n’est pas un bloc monolithique, elle est un peuple dans lequel chaque personne a sa place. Nous ne fonctionnons pas comme une administration plus ou moins anonyme. Nous venons à la rencontre de Quelqu’un qui nous attend. Ici, nous sommes attendus, nous sommes accueillis et c’est pourquoi il nous faut sans cesse apprendre à témoigner de notre connaissance de Dieu, de notre relation avec Lui, qui passe par les hauts et les bas de nos vies, par nos questions, nos doutes, notre désir de ne pas nous laisser arrêter sur ce chemin de la foi.

Aujourd’hui, sur ce chemin, des jeunes et des adultes de chez vous franchissent une étape importante. Le don de l’Esprit Saint, par le sacrement de confirmation, fait de chacun et de chacune des baptisés chargés d’une mission : la simple mission d’être des signes de l’engagement du Dieu vivant avec nous, de l’Alliance du Christ qui passe par nos cœurs et nos corps de baptisés. Oui, nos corps de baptisés, qui sont le sanctuaire de l’Esprit Saint, et que nous ne devons pas abîmer en les traitant comme des objets.

« Sois marqué de l’Esprit Saint, le don de Dieu » : voilà la parole que je vais prononcer tout à l’heure pour chaque confirmé. Et je dirai aussi vos prénoms, qui font de vous des personnes connues du Père des cieux d’une manière unique : Mélanie, Damien, Alice, Maximilien, Martin, Alexandre, Dylan, Julie, Paul-Étienne, Matthias, Anaïs, Maylis, et aussi Arnaud, Grégory et Bertrand.

Je vous remercie d’avoir répondu à l’appel de Dieu et de franchir ce seuil de responsabilité dans votre vie chrétienne animée par l’Esprit Saint. Lui, il s’engage à vous conseiller, à vous défendre s’il le faut, en vous empêchant d’être vaincu par vos peurs ou vos doutes. Il est Quelqu’un et il vit lui-même dans une relation intime au Père et à Jésus, son Fils.

Laissez-le parler à votre cœur ! Parlez-lui en lui demandant conseil pour les choix que vous avez à faire ! Laissez-le agir en vous, ne lui faites pas obstacle, il veut votre bien, il désire que vous puissiez faire valoir vos talents, vos goûts et vos passions ! Il ne les refoulera pas, il les développera ! Il nous est donné pour que tout de notre humanité soit saisi par Lui.

Dans le monde actuel, qui est inquiet, et parfois violent – nous le savons depuis une semaine – il nous faut résister ensemble à la peur ou à la résignation. Non, le mal n’a pas le dernier mot ! Oui, il est possible de pratiquer la confiance entre nous, comme on l’a vu dimanche dernier ! Oui, il faut que notre foi chrétienne en Dieu apparaisse comme une force pour vivre et pour vivre reliés les uns aux autres, et non pas opposés les uns aux autres !

Viens, Esprit Saint ! Ouvre nos cœurs, relance notre marche, fais de nous un peuple qui témoigne de la force du Christ au milieu même de ce qui nous inquiète !

+ Claude DAGENS, évêque d’Angoulême

Partager cet article

Repost 0