Le blog de Mgr Claude DAGENS

L'IRRUPTION DE DIEU DANS LE TEMPS DES HOMMES. Homélie lors de la confirmation de jeunes et d'adultes, à Montmoreau, le 25 janvier 2015

27 Janvier 2015 Publié dans #Homélies

L'IRRUPTION DE DIEU DANS LE TEMPS DES HOMMES. Homélie lors de la confirmation de jeunes et d'adultes, à Montmoreau, le 25 janvier 2015

Frères et sœurs,

Nous l’avons tous ressenti depuis deux semaines, avec l’irruption de la violence dans notre société, à partir de l’attentat terroriste de Paris. C’est comme si le temps de l’histoire était soudain brisé, c’est comme si une sorte de réveil était nécessaire pour ne pas céder à la peur, mais pour nous ressaisir et pour espérer, au milieu même de ce qui nous secoue.

Dieu, lui, quand il se manifeste, il ne procède jamais par la violence. Il s’ouvre à nous, il vient à nous et il en appelle à notre liberté. Cette ouverture de Dieu à notre humanité passe par cet homme nommé Jésus, cet homme qui vient de Nazareth et qui parcourt la Galilée, en proclamant un message de vie, et non pas de destruction.

« Les temps sont accomplis, le Royaume de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. »

Et, dans l’Évangile de Marc, on sent comme un frémissement qui se communique, une impatience qui produit ses effets. Voici des hommes qui voient et entendent Jésus, le messager de la Bonne nouvelle, et qui le suivent aussitôt, sans doute parce qu’ils étaient préparés à cette rencontre décisive.

Les sacrements de l’Église sont aussi des événements de rencontre avec le Christ Jésus. Des événements vécus par des personnes qui perçoivent cette ouverture de Dieu à nos vies humaines, à notre histoire humaine.

C’est cela la nouveauté chrétienne. Le Dieu vivant s’ouvre à nous en Jésus Christ et nous pouvons l’accueillir en nous, nous pouvons nous laisser marquer et façonner par son Esprit Saint. C’est cela qui s’accomplit à travers le sacrement de confirmation, et nous sommes réunis ce matin pour reconnaître cet événement à travers ces jeunes et ces adultes qui ont librement demandé à recevoir ce sacrement.

Clara, Valentin, Louis, François-Xavier, Ludovic, Astrid, Marion, Clémence, et vous aussi Frédéric et Rolande : vous apprenez à devenir des chrétiens qui croient à cette ouverture de Dieu à vos vies personnelles, et je vais tout à l’heure vous marquer, avec l’huile consacrée, du signe de l’Esprit Saint de Dieu avec vous.

Avec vous, pour faire ce que Jésus a promis à ses disciples : pour que cet Esprit de sainteté vous conseille, vous instruise, vous éduque et vous console aussi, quand vous avez besoin d’être consolés, c’est-à-dire rendus plus solides que tout ce qui peut vous blesser.

C’est quelque chose de nouveau qui commence dans vos vies, à partir de cette ouverture de Dieu à vous-mêmes, avec ce que chacun et chacune de vous a d’unique. C’est comme une nouvelle Alliance entre vous et le Dieu vivant, le Christ vivant qui désire vous associer à Lui.

Il est probable que vous n’avez pas tout compris de ce que représente pour vous cette Alliance. Il est même certain que personne ne peut savoir à l’avance ce qui l’attend dans l’existence. Mais nos vies ne sont pas écrites à l’avance. Nos vies, nous les écrivons avec cette écriture intérieure dont l’Esprit Saint est l’inspirateur.

Les apôtres eux non plus ne savaient pas ce qui les attendait. Mais ils ont cru, ils ont donné leur confiance à cet homme qui passait et en qui ils reconnaissaient le signe personnel du Dieu vivant.

Et cela, cet acte de foi, c’est toujours un événement nouveau dans notre histoire, même si nous le comprenons plus tard. Et c’est pourquoi, frères et sœurs, nous ne pouvons pas concevoir l’Église comme un système qui serait fermé sur lui-même et qu’il faudrait seulement préserver.

L’Église du Christ n’est pas un système. Elle est comme une source qui se répand, elle est comme un mouvement qui ne cesse pas de se déployer et dans lequel nous ne devons pas avoir peur d’être entraînés, entraînés vers Dieu et entraînés, en son nom, vers d’autres près desquels nous devenons non pas des propagandistes d’une doctrine, mais des témoins d’une personne, Jésus Christ.

Merci à vous tous qui comprenez cela ! Merci à vous, peuple de baptisés et de confirmés, d’être des artisans de paix au milieu des violences du monde ! Merci à vous, les jeunes, de nous obliger à sortir de nous-mêmes, comme le demande le pape François, non pas pour le plaisir de sortir, mais pour vivre la joie de l’Évangile : « Le temps est limité. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile ! »

Oui, Seigneur, nous croyons ! Renouvelle en nous la joie de croire en Toi, Toi qui viens non pas pour juger le monde, mais pour que le monde, si violent qu’il soit, soit ressaisi par toi et réconcilié avec le Père !

+ Claude DAGENS, évêque d’Angoulême

Partager cet article

Repost 0