Le blog de Mgr Claude DAGENS

NOUS SOMMES FAITS POUR LA RENCONTRE DE DIEU. Homélie lors de la confirmation, à La Rochefoucauld, le 14 décembre 2014

16 Décembre 2014 Publié dans #Homélies

NOUS SOMMES FAITS POUR LA RENCONTRE DE DIEU. Homélie lors de la confirmation, à La Rochefoucauld, le 14 décembre 2014

« Tu le vois, Seigneur, ton peuple se prépare à célébrer la naissance de ton Fils ; dirige notre joie vers la joie d’un si grand mystère : pour que nous fêtions notre salut avec un cœur vraiment nouveau. »

Ce mystère annoncé est un mystère de rencontre, d’une rencontre étonnante entre Dieu et les hommes, en la personne d’un enfant nommé Jésus. Nous sommes faits pour cette rencontre, et si nous acceptons de porter le nom de chrétiens, alors nous sommes tous chargés de témoigner de cette rencontre. Celui que nous appelons Dieu vient à nous, pas seulement pour un moment de visite, mais pour une rencontre durable, puisqu’il choisit de s’unir à nous, de façon définitive, en venant « porter la bonne nouvelle aux pauvres, guérir ceux qui ont le cœur brisé, proclamer aux captifs leur délivrance, aux prisonniers leur libération ».

L’événement de Noël, ce n’est pas un symbole, c’est un acte d’Alliance. Dieu lui-même veut se lier à notre humanité réelle, à nos cœurs, à nos corps, à nos esprits. Nous sommes faits pour l’accueillir en nous. Ce travail est accompli par l’Esprit Saint, l’Esprit Défenseur et Consolateur, que vous allez recevoir en vous, vous, les jeunes confirmés.

Jérémie, Élisa, Benjamin, Éléonore, Mathilde, Élise, Lorraine, Rachel, Philomène, Vincent, Pierre et Pedro : vous êtes baptisés, vous avez commencé à faire l’expérience de Dieu, vous savez qu’il est possible de le connaître, de le rencontrer en le priant et vous désirez progresser dans cette connaissance et dans cette rencontre.

Quand vous allez à Lourdes ou à Rome, ou simplement à Ligugé, vous faites l’expérience de la largeur du monde et de l’Église, de l’Église, ce Corps vivant du Christ qui rassemble les enfants que Dieu aime. Et vous êtes, comme nous, ces enfants que Dieu aime et qu’il adopte, et dont il ne désespère jamais.

J’insiste : car nous, nous sommes capables de douter de nous-mêmes, de manquer de confiance, d’avoir peur de l’avenir, surtout dans notre société incertaine. Croire en Dieu, c’est une force pour vivre, et si je vous communique tout à l’heure le don de l’Esprit Saint, c’est pour que cette force se développe en vous, et que Dieu vous soutienne, vous conseille, vous console aussi, lorsque cela est nécessaire.

Le sacrement de confirmation, c’est l’engagement personnel de Dieu avec vous. Car Dieu a besoin de nous pour se dire au monde, surtout si l’on est habitué à se passer de Lui, en l’accusant d’être plus ou moins inefficace face à tout ce qui nous fait mal.

Mais ce n’est pas à nous d’accuser Dieu d’être inerte. C’est à nous « de ne pas éteindre l’Esprit, de discerner la valeur de toute chose, de garder ce qui est bien, de nous éloigner de toute espèce de mal. »

Le sacrement de confirmation, c’est comme un nouveau commencement de votre existence. Vous acceptez que votre existence soit habitée par Dieu, et que tout, en vous, aujourd’hui et demain, soit saisi et transformé par son Esprit.

Tant mieux si vous le connaissez encore à peine ! Nous n’en finissons pas d’être initiés au mystère de Dieu vivant et agissant en nous. C’est toujours pour nous le temps de l’Avent, de l’attente de Dieu, de la préparation de sa venue, de son avènement.

Nous sommes du côté de cet homme nommé Jean-Baptiste. Il n’existe que pour Celui qu’il précède et qu’il annonce. Il prépare ses chemins. Il donne un baptême de conversion, en attendant le baptême d’eau et d’Esprit Saint.

L’heure de ce baptême d’eau et d’Esprit Saint est venue. Le sacrement de confirmation vient actualiser cet acte de Jésus. Nos corps sont marqués de cette force douce dont l’Esprit est la source. C’est une force qui nous relie au Dieu vivant et qui nous relie les uns aux autres, dans le Corps du Christ.

Nous avons besoin d’être reliés les uns aux autres, dans l’amour du Christ. Nous avons besoin de vous, les jeunes confirmés. Nous ne pouvons pas nous contenter de vous accueillir une fois et ensuite, de vous laisser tomber.

Je prie l’Esprit Saint de nous réveiller tous et de nous faire comprendre que l’Eucharistie, la messe, c’est cet acte du Christ qui nous rassemble, ce sacrement qui fait naître le Corps vivant du Christ.

Dans ce sacrement, nous venons rencontrer le Christ qui se donne et qui fait de nous son peuple, non pas un peuple de gens habitués et résignés, mais un peuple où l’on apprend à rencontrer Celui qui vient. Nous sommes ce peuple où l’on apprend à passer de la peur à la foi, à cette foi joyeuse à laquelle l’apôtre Paul appelait les premiers chrétiens : « Il est fidèle Celui qui vous appelle : ce qu’il promet, il le fera. » Et il nous promet de nous libérer de ce qui nous entrave. Noël, ce n’est pas une légende : c’est l’engagement libérateur du Christ avec nous, pour que nous vivions de Lui, le Seigneur, notre frère.

+ Claude DAGENS, évêque d’Angoulême

Partager cet article

Repost 0