Le blog de Mgr Claude DAGENS

SATAN SAIT MENTIR MAIS IL EST VAINCU PAR LE CHRIST. Homélie lors de l'appel décisif des catéchumènes du diocèse, le 9 mars 2014, à l'église Saint-Paul Ma Campagne

10 Mars 2014 Publié dans #Homélies

SATAN SAIT MENTIR MAIS IL EST VAINCU PAR LE CHRIST. Homélie lors de l'appel décisif des catéchumènes du diocèse, le 9 mars 2014, à l'église Saint-Paul Ma Campagne

Ce qui nous réunit en ce jour, c’est la joie de reconnaître Dieu tel qu’il est, et non pas tel que nous l’imaginons : Dieu, le Dieu vivant, le Père de Jésus et notre Père, n’est pas Celui qui nous menacerait en nous dominant. Il est Celui qui nous appelle à vivre d’une vie nouvelle, en participant à la victoire de Jésus, son Fils, sur la peur, sur la mort et sur Satan, l’Adversaire, le Menteur.

J’évoquerai tout à l’heure Satan, tel qu’il apparaît dans l’Évangile de Matthieu, cherchant à enfermer Jésus dans un piège fondé sur le mensonge, et sur un mensonge radical.

Mais ce n’est pas Satan qui est premier dans la foi chrétienne, c’est Dieu, le Père Créateur qui choisit de s’ouvrir à nous en se liant à notre humanité, d’Adam à Jésus Christ. Le Dieu auquel nous croyons n’est pas l’obstacle qui se dresserait devant nos désirs. Dieu est Celui qui vient tout ressaisir de nous-mêmes, jusqu’à notre péché, pour que nous puissions participer à sa vie.

Ce que j’annonce ainsi, vous l’avez découvert, vous les catéchumènes, souvent depuis des années, comme une Bonne nouvelle qui a changé et qui change votre existence personnelle.

Ce changement est d’abord comme une libération : en se reliant à vous et en vous reliant à Lui, Dieu ne vous manipule pas du tout. Au contraire : il vous donne de devenir davantage vous-mêmes, de déployer votre liberté, de parler à la première personne en comprenant que rien de votre humanité n’est perdu, que tout est « sauvable », renouvelable, transformable par cette présence et cette action que nous appelons la grâce.

Et cela ne veut pas dire seulement que vous êtes délivrés du mal. Cela veut dire que le travail de Dieu peut s’accomplir en vous, que vous êtes connus et aimés de Lui, et que vous êtes vainqueurs de toutes ces peurs qui, parfois, vous habitent et vous empêchent d’avancer.

Le baptême que vous recevrez pour Pâques, ce n’est donc pas un aboutissement ou une grande joie sans lendemain. C’est un nouveau départ. C’est l’événement personnel par lequel vous êtes greffés sur le Christ, pour vivre de Lui, pour participer à son combat, à sa résurrection, à sa victoire sur ce qui peut nous détruire.

Or Satan est destructeur, mais c’est un destructeur habile. Comme la drogue peut l’être, sous toutes ses formes. Puisque la drogue promet le plaisir, l’euphorie, la fin des angoisses, l’élargissement de son moi, mais qu’en réalité, elle dissout l’être humain, elle décompose, elle démolit peu à peu et elle rend dépendant. C’est comme un piège dans lequel on est pris, après avoir cru que ce piège serait source de jouissance.

Satan agit ainsi à l’égard de Jésus. Il le rencontre au début de sa mission, et Satan va l’éprouver sur l’essentiel de sa mission de Fils de Dieu : « Si tu es le Fils de Dieu, exerce ton pouvoir, change immédiatement ces pierres en pain ! » Change le monde en le manipulant et en le soumettant à tes besoins et à tes désirs !

« Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi du haut du Temple, et tes anges viendront te porter ! » Mets-toi au-dessus des lois de la vie et de la mort ! Deviens une superpuissance en transgressant toutes les lois !

« Si tu es le Fils de Dieu, adore-moi et deviens l’Empereur du monde ». Et comme on le voit dans certaines bandes dessinées, fais régner la terreur en faisant des hommes tes esclaves !

Et le piège pourrait se refermer. Jésus pourrait devenir l’Être supérieur qui triompherait en dominant le monde !

Le mensonge de Satan est terrible. Il séduit en trompant. Il propose à Jésus de pervertir la Vérité, en faisant de Dieu le Rival des hommes, l’Opposant à notre liberté, le Dictateur qui règne en écrasant tout.

Le pire de tout, c’est alors la violence faite à la vérité. Le mensonge est toujours, même sous des formes douces, une violence. « Je t’aime ! Obéis-moi ! Soumets-toi ! » ou bien : « N’hésite pas à mentir ! Ne dis pas ce que tu fais ! Masque tes actes ! Prends l’apparence d’un ami pour mieux dominer les autres ! »

« Arrière, Satan », dit Jésus, et, à ce moment-là, Jésus choisit de passer par la route que le Père lui ouvre : il vient transformer le monde non pas en l’écrasant, mais en se liant à nous, en prenant tout sur lui de notre condition humaine, en se donnant jusqu’à l’extrême, jusqu’à laver les pieds de ses amis, y compris de celui qui va le trahir !

Voilà la source de la vie chrétienne ! C’est Jésus, le Fils, qui ne vient pas condamner le monde, mais le ressaisir dans sa propre humanité de Verbe fait chair, de Parole de réconciliation, de puissance de résurrection ! Voilà la source vive du baptême ! C’est Jésus Christ dans le mouvement de sa Pâque, passant de ce monde à son Père en aimant les siens jusqu’au bout ! Alors Satan est vaincu, il ne se manifestera plus, sinon à l’heure de l’agonie, quand Jésus, à la veille de sa mort, s’abandonne totalement à son Père !

Vivre en chrétiens, c’est refuser le mensonge, c’est choisir de passer avec Jésus de ce monde au Père, en reconnaissant que la Vérité de Dieu est une Vérité désarmée, humble, aimante et libératrice pour toujours ! Car Satan est vaincu, pour toujours ! Il peut agir encore, il peut encore nous piéger, mais dans le Christ, tout de nous-mêmes est déjà vivant en Dieu !

+ Claude DAGENS, évêque d’Angoulême

Partager cet article

Repost 0