Le blog de Mgr Claude DAGENS

LOUIS BRAVARD : IL A ESPÉRÉ EN DIEU. Homélie lors des obsèques du Père Bravard, le 31 janvier 2014, à Montbron

3 Février 2014 Publié dans #Homélies

LOUIS BRAVARD : IL A ESPÉRÉ EN DIEU. Homélie lors des obsèques du Père Bravard, le 31 janvier 2014, à Montbron

« On dira ce jour-là : c’est lui notre Dieu.

Nous avons espéré en Lui et il nous délivre.

C’est le Seigneur en qui nous avons espéré.

Exultons, jubilons puisqu’il nous sauve ! »

Le Père Louis BRAVARD a espéré en Dieu, tout au long d’une vie parsemée de moments difficiles, de changements de situations pastorales, de la région parisienne à la Haute-Marne, à la Corrèze, au Maine-et-Loire, à la Vendée jusqu’à son arrivée en Charente à l’âge de 56 ans.

Mais ce curriculum vitae ne dit pas l’essentiel, que je connais un peu parce que le Père BRAVARD m’écrivait presque tous les mois pour me dire sa confiance indéracinable et aussi ses inquiétudes et ses scrupules lancinants.

Cet homme devenu prêtre à Paris était habité par une réelle passion missionnaire qui est passée par la Mission de France, mais qui s’enracinait d’abord dans son attachement passionné à la personne du Christ.

Je l’atteste : ce prêtre a désiré jusqu’au bout, dans des conditions particulières, communier au mystère du Christ, avec tout ce qu’il portait en lui de blessures, et aussi avec sa volonté tenace de ne pas être séparé de l’Église, du Corps du Christ, dans notre diocèse de Charente.

La valeur d’une vie chrétienne ne se mesure pas à ses résultats visibles. Elle se mesure à l’intensité de ce qui l’inspire, à la force de la foi qui l’anime, à cette capacité de surmonter les doutes et les épreuves, en se laissant porter par le Christ.

Le Père BRAVARD s’est laissé porter par le Christ. Il espérait en Lui, et il me le disait lui-même ou me le faisait dire par les personnes qui étaient près de lui et qui veillaient sur lui. À certains moments, il a dû lutter pour ne pas succomber au découragement, mais il lui a été donné de demeurer ferme dans l’espérance, malgré tout ce qui pouvait l’ébranler.

Ce prêtre se nourrissait aussi de l’Eucharistie, et il ne célébrait pas l’Eucharistie sans se relier au grand Corps de l’Église, en intercédant pour ceux et celles qu’il connaissait et qu’il aimait. Même s’il n’était pas prêtre de notre diocèse, il se voulait intimement lié à nous, il tenait à me le faire savoir, et il a été profondément heureux quand j’ai pu le confirmer dans cette certitude.

Seigneur, accueille dans ta lumière cet homme qui a mis en toi son espérance et donne-lui de veiller sur nous, de demeurer notre compagnon de route, et de nous apprendre à désirer et à recevoir comme lui cette force vive de l’espérance qui nous maintient dans la supplication et aussi dans la louange :

« Nous avons espéré en lui et il nous délivre.

C’est le Seigneur en qui nous avons espéré.

Exultons, jubilons, puisqu’il nous sauve. »

+ Claude DAGENS

évêque d’Angoulême

Partager cet article

Repost 0