Le blog de Mgr Claude DAGENS

LE CHRIST EST TRÈS AMBITIEUX POUR NOUS. Homélie lors de la confirmation de 17 jeunes, au Gond-Pontouvre, le 22 février 2014

28 Février 2014 Publié dans #Homélies

LE CHRIST EST TRÈS AMBITIEUX POUR NOUS. Homélie lors de la confirmation de 17 jeunes, au Gond-Pontouvre, le 22 février 2014

Frères et sœurs,

« Tout vous appartient, le monde, la vie, la mort, le présent et l’avenir. Tout est à vous, mais vous, vous êtes au Christ et le Christ est à Dieu. »

Ces affirmations si audacieuses, c’est l’apôtre Paul qui les adressait aux premiers baptisés de Corinthe. Et ces mêmes affirmations nous sont adressées à tous, aujourd’hui, et tout particulièrement à vous, les jeunes, qui avez désiré recevoir le don de l’Esprit Saint par le sacrement de confirmation.

« Tout est à vous, mais vous, vous êtes au Christ et le Christ est à Dieu. » Et cela souligne pourquoi vous êtes, pourquoi nous sommes différents des autres, et pourquoi les autres ont parfois du mal à nous comprendre. Ce qui fait notre différence, ce ne sont pas nos qualités ou nos défauts, c’est notre relation à Jésus Christ vivant, et, par Lui, à Celui que nous appelons notre Père des cieux.

Et cela vaut pour chacun et chacune de vous, les confirmés de ce soir : Florent, Rémi, Angela, Louis, Charles, Émeline, Lucie, Pierre, Juliette, Jade, Marie-Pierre, Simon, Julie, Estelle, Antonin, Maëlle et Marine.

Vous avez tous conscience de franchir ce soir une étape importante de votre vie chrétienne. Vous devenez des chrétiens confirmés, des baptisés qui accueillent en eux la présence et la force de l’Esprit Saint, le Conseiller, le Défenseur, le Consolateur.

Et vous nous rappelez à tous que nous sommes invités à réveiller en nous ce don de Dieu qui fait de nous des hommes et des femmes libres de répondre à ce que Dieu attend de nous, et que Jésus, le Christ, annonce avec audace à ses premiers disciples : « Vous, soyez parfaits comme votre Père des cieux est parfait, en recevant et en pratiquant l’Amour dont il est lui-même la source. »

Et il ne suffit pas de dire et de répéter, d’une façon gentille : « Aimons-nous les uns les autres », comme si nous étions déjà au paradis. Il faut comprendre que nous avons à nous convertir à cette énergie d’Amour qui vient du cœur de Dieu et qui veut passer par nos cœurs, par nos corps, par nos consciences, par nos relations humaines.

Il est bon de s’arrêter sur ce terme d’amour, que l’on emploie si fréquemment, et parfois si facilement, parfois aussi avec la certitude plus ou moins cachée que l’amour est impossible, qu’il est voué à l’échec, qu’il n’existe pas vraiment.

Il existe plusieurs sortes d’amour. Il est utile de les distinguer. Il y a d’abord l’instinct amoureux, l’eros (d’où dérive le mot érotique, qui est un mot respectable). L’eros, c’est le désir de l’autre, le désir de son corps qui passe par les yeux, par les sens et qui va jusqu’aux relations sexuelles.

Et puis, il y a aussi – et il est très réel – l’amour d’amitié, en grec la philia, l’amitié entre camarades de classe, ou de travail, ou de sport, l’amitié entre garçons et filles, et aussi entre garçons et entre filles. Et cet amour d’amitié donne la joie de partager des émotions, des peines, des convictions ou des engagements. C’est une belle façon de sortir de notre isolement et de nous soutenir les uns les autres.

Et puis il y a l’amour qui porte le nom d’agapê, que l’on peut traduire par charité ; c’est l’amour désintéressé, gratuit, sans conditions, sans limites, qui commence par le respect mutuel et qui peut aller jusqu’au pardon.

La religion chrétienne, la religion du Christ, n’ignore ni l’eros, ni la philia, ni le désir sexuel, ni l’amitié fraternelle, mais elle les ouvre à l’agapê, à cet Amour qui a sa source dans le cœur de Dieu et qui va jusqu’à ce qui peut nous paraître impossible : l’amour de ceux qui nous détestent ou qui nous font du mal.

Cet amour des ennemis est souvent humainement impossible. Quand on nous a fait trop de mal, dans ce que nous aimons, dans les personnes qui ont pour nous une grande importance, pardonner est humainement impraticable. Et Jésus le sait, lui qui sera trahi par l’un de ses amis, renié par un autre et abandonné par la plupart des autres.

Et pourtant le Père des cieux, Lui, ne se résigne pas à ce que la loi de la jungle, la loi du plus fort domine le monde. Être chrétien, vivre en chrétien, c’est inscrire en ce monde, à la fois si beau, si fragile et parfois si dur, inscrire la nouveauté bouleversante de Dieu qui vient se révéler à nous en Jésus, le Seigneur, le Serviteur humilié et glorifié, mort et ressuscité.

Voilà ce qui fonde notre identité chrétienne ! Voilà ce que le pape François nous demande de comprendre et de pratiquer en formant une Église qui soigne les blessures, qui guérisse les cœurs et qui accompagne même dans la nuit ceux et celles qui ont du mal à avancer !

Voilà notre vocation et notre mission communes ! Merci à vous, les jeunes confirmés, de nous encourager à avancer sur ce chemin ! C’est toujours l’heure d’un nouveau départ !

+ Claude DAGENS

Partager cet article

Repost 0